Abbeville : une femme entre la vie et la mort, frappée par son conjoint à coups de casserole

Une homme de 41 ans a été placé en garde à vue à Abbeville lundi 30 décembre pour tentative de meurtre. Il aurait tenté de tuer sa femme à coups de casserole. Le pronostic vital de la victime, en phase de réveil ce 4 janvier, reste engagé.

© France 3 Hauts-de-France
Le drame s'est produit à Abbeville le lundi 30 décembre, vers 21 heures. Un homme de 41 ans aurait asséné de violents coups à sa compagne de 31 ans, probablement avec une casserole, lui fracturant le crâne et la mâchoire. Le procureur de la République qualifie d'"extrême brutalité" ces gestes perpétrés par le suspect à l'encontre de sa concubine.

Ce 4 janvier, elle serait "en phase de réveil" malgré "un pronostic vital toujours engagé", rapporte Alexandre de Bosschère.
 

Face au juge d'instruction

C'est un voisin et membre de la famille qui a appelé la police après avoir entendu des cris provenant de l'appartement du couple, que l'homme avait barricadé. Le suspect a d'abord tenté de s'enfuir avec leur enfant de 4 ans, mais son beau-frère a réussi à garder l'enfant avec lui. L'homme s'est alors réfugié dans un hall d'hôtel avant de se rendre au commissariat de police. Placé en garde à vue pendant près de 48 heures, l'homme a été déféré mercredi soir devant un juge d'instruction. Il a ensuite été mis en examen et placé en détention provisoire.
 

Pronostic vital engagé

Dans l'appartement, les policiers ont trouvé la femme dans un état critique. L'enfant, lui, est hors de danger, pris en charge par des membres de sa famille.
 

Soupçons de préméditation

La famille n'était pas connue des services de police et de justice. L'homme n'avait pas consommé d'alcool ni de stupéfiants. Il s'agirait d'une tentative de féminicide dans un contexte de séparation. Une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide volontaire aggravé et séquestration aggravée. Elle devra déterminer les circonstances du drame, mais également s'il y avait intention de tuer, voire préméditation. 

L'affaire n'est pas sans rappeler celle du féminicide à Amiens deux semaines plus tôt. Un homme avait tué sa femme et blessé ses enfants à coups de marteau avant de mettre le feu à sa maison. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers féminicide société femmes abbeville baie de somme