À Amiens, le cirque Jules Verne occupé par des intermittents et précaires du monde de la culture

La coordination des intermittents et précaires de Picardie prévoit une manifestation ce samedi 13 mars, à Amiens. À bout, ces acteurs de la culture ont décidé d'occuper le cirque Jules Verne dès ce vendredi. Ils attendent des actions concrètes du gouvernement.

Intermittents et précaires ont décidé d'occuper le cirque Jules Verne pour se faire entendre.
Intermittents et précaires ont décidé d'occuper le cirque Jules Verne pour se faire entendre. © Emilie Boulenger / FTV

Autour d'une table, ils sont une vingtaine à se concerter, pour organiser la contestation. Tous sont intermittents du spectacle ou précaires et disent ne pas comprendre la politique actuelle du gouvernement. Alors pour se faire entendre, ils ont choisi de répondre à l'appel national de la Coordination des intermittents et précaires (CIP) en occupant un lieu culturel. Eux ont choisi le cirque Jules Verne, à Amiens, lieu symbolique en Picardie, reconnu sur le plan national et international.

L'occupation se veut pacifique, mais les acteurs rencontrés estiment ne plus avoir le choix. "Nous sommes dans un rapport de force avec un gouvernement qui nous méprise et ne nous écoute pas malgré des tentatives de rencontres, des manifestations", explique Julien Dufour, le porte-parole de la Coordination des intermittents et précaires de Picardie.

Revendications multiples

Le collectif réclame d'abord la réouverture des lieux culturels avec des protocoles sanitaires stricts. Il demande aussi une réelle concertation sur un plan de relance réaliste et adapté pour accompagner la reprise d'activité ainsi qu'un fonds pour l'emploi direct dédié au secteur culturel permettant de maintenir le volume d'emploi.

Les intermittents mobilisés ont choisi un lieu symbolique de la culture pour faire entendre leurs revendications : le cirque Jules Verne
Les intermittents mobilisés ont choisi un lieu symbolique de la culture pour faire entendre leurs revendications : le cirque Jules Verne © Emilie Boulenger / FTV

Mais leurs revendications ne s'arrêtent pas là. "On a eu l'année blanche, mais que va-t-il se passer par la suite?" s'inquiète Sam, lui aussi intermittent et sympathisant du mouvement. La prolongation de l'année blanche au-delà du 31 août 2021 pour tous les intermittents du spectacle et de l'emploi en général fait aussi partie des doléances adressées au gouvernement.

La culture méprisée

Au-delà des revendications pour aider un secteur en grande difficulté, les acteurs présents demandent surtout à être entendus et considérés. "La culture est méprisée puisqu'elle est jugée non essentielle", estime le porte-parole de la CIP. 

On se plaint en ce moment que 50% des Français se sentent mal, que les étudiants et les jeunes vont mal, et bien, nous on est le meilleur anxiolytique ou antidépresseur qui puisse exister sur Terre parce qu'on a un endroit qui offre de la bienveillance, du rêve, de la réflexion, de l'amour, des émotions en fait.

Julien Dufour, porte-parole coordination des intermittents et précaires de Picardie

Les intermittents et précaires mobilisés prévoient de passer la nuit dans le cirque Jules Verne. Demain, une manifestation est prévue. Le cortège qui partira du cirque pour rallier la Maison de la Culture, à Amiens, prévoit notamment de passer par le quartier Saint-Leu, en soutien aux restaurateurs, qui connaissent des problématiques similaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture manifestation économie social covid-19 santé société