La friche Cosserat se cherche à un avenir à Amiens

L’usine Cosserat d’Amiens a produit des velours de qualité pendant deux siècles. Rachetée en 2004 par un industriel allemand qui la vide de son outil de production, elle ferme définitivement le 2 Mars 2012.
 
© France 3 Picardie
Aujourd'hui, l’Association "Bleu de Cocagne" a récupéré un peu de matériel pour ouvrir un musée.

Mais son ambition ne s’arrête pas là. Elle vient d’acquérir la dernière machine à imprimer par cylindre d’Europe avec la ferme intention de la remettre en service.
Cet outil unique produit ce que les connaisseurs appellent la "Toile de Jouy", un procédé d’impression couleur mis au point au 18ème siècle pour les tissus d’ameublement.
 

Parallèlement, deux entreprises textiles de l’Agglomération déménagent et rejoignent le site pour s’agrandir. La Manufacture Royale Bonvallet, vieille enseigne amiénoise spécialisée dans le tissu gaufré à chaud. Et l’entreprise Dessaint, qui quitte son siège historique de la rue Jean Moulin ouvert en 1911. 16 salariés y fabriquent encore vêtements de sport et accessoires d’événementiel grâce à la gravure numérique.

Ces deux nouvelles activités devraient entrer en production d’ici un an et demi. Mais on reste bien loin de l’Âge d’or de Cosserat et de ses 900 employés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie emploi