Jeune femme poignardée par son ex-compagnon à Hallencourt : 200 personnes réunies pour une marche blanche

Mercredi 5 août, une marche blanche a été organisée à Vignacourt, dans la Somme, en mémoire de Manon. La jeune femme de 19 ans est décédée le 29 juillet. La piste du féminicide est privilégiée.

Plus de 200 personnes étaient présentes à Vignacourt pour rendre hommage à Manon.
Plus de 200 personnes étaient présentes à Vignacourt pour rendre hommage à Manon. © Gaëlle Fauquembergue/ France TV
Plus de 200 personnes étaient réunies mercredi 5 août pour rendre un dernier hommage à Manon. Toutes étaient vêtues de blanc et de bleu, sa couleur préférée.
La marche a débuté au café des sports de Vignacourt, pour se terminer 1,5 km plus loin, au stade de football de la ville. La jeune femme de 19 ans aimait beaucoup passer du temps avec ses amis sur ce lieu.
 
Des ballons blancs et bleus, la couleur préférée de Manon.
Des ballons blancs et bleus, la couleur préférée de Manon. © Gaëlle Fauquembergue/ France TV

La piste du féminicide privilégiée par les enquêteurs semble se confirmer. L’homme qui s’était rendu à la gendarmerie d’Hallencourt mercredi matin pour signifier aux force de l'ordre que le corps sans vie d’une femme –son ex-petite amie- se trouvait sur la banquette arrière d’un véhicule a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint. Il est placé en détention provisoire.
 


L'accusé était connu des services de police

Le suspect de 26 ans, ancien gendarme, aurait reconnu selon des informations de France Bleu Picardie, avoir "porté des coups de couteau" sur la victime, mais nie une quelconque intention de tuer. L’autopsie avait révélé que la victime, âgée de 19 ans, avait subi une multitude de coups de couteau au niveau du cœur.

L’accusé était déjà connu des services de police pour des faits de dégradation par incendie, d’évasion et d’appels téléphoniques malveillants envers une de ses ex-compagnes. En effet, en 2017, il avait notamment été condamné à 10 mois de prison dont 8 fermes après avoir incendié la voiture de ses ex beaux-parents, à Amiens. Il avait alors été viré de la gendarmerie.


56e féminicide depuis le début de l'année ?


Si les faits sont avérés, il s'agirait du 56e féminicide de l'année recensée par l'association Nous Toutes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société féminicide femmes
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter