JO 2021 - Disqualifiée, la judokate axonaise Sarah-Léonie Cysique décroche l'argent : "c'est frustrant et injuste"

Originaire de Château-Thierry dans l'Aisne, la judokate Sarah-Léonie Cysique remporte finalement la médaille d'argent aux JO de Tokyo dans la catégorie -57kg à l'issue de la finale face à la Kosovare Nora Gjakova. Le combat a pris fin après une faute de la Picarde, sanctionnée par un carton rouge.
Sarah-Léonie Cysique face à Nora Gjakova lors de la finale de judo -57kg des Jeux olympiques de Tokyo, 26 juillet 2021
Sarah-Léonie Cysique face à Nora Gjakova lors de la finale de judo -57kg des Jeux olympiques de Tokyo, 26 juillet 2021 © Franck FIFE / AFP

C'est l'incompréhension pour Sarah-Léonie Cysique après la finale de judo (-57kg) lors des JO de Tokyo lundi 26 juillet. Alors qu'il restait 1 minute 20 au compteur, l'Axonaise est sanctionnée après une prise jugée dangereuse face à la Kosovare Nora Gjakova. La Picarde est touchée à la nuque mais, contre toute attente, c'est bien elle qui est pénalisée.

Le combat s'arrête alors d'un coup. Nora Gjakova est sacrée championne olympique devant la judokate française de 23 ans médusée. "C'est frustant, j'aurais préféré qu'elle me mette une boîte, a-t-elle déclaré en larmes à la fin du combat. Mais là clairement je trouve ça injuste. C'est la décision des arbitres et malheureusement sur un sport comme celui-là, on ne peut pas interférer.

Elle bat la numéro 1 mondiale en demi-finale

Pourtant la journée avait bien débuté pour Sarah-Léonie Cysique. En demi-finale, avec son regard déterminé et une démonstration de combativité dès les premières secondes, la judokate axonaise avait solidement mené la championne du monde en titre, la Canadienne Jessica Klimkait, jusque dans un long Golden Score (sorte de prolongation).

Alors que la numéro 1 mondiale comptait déjà 2 pénalités, elle en a alors provoqué autant pour la Française. Le suspense était intenable... et c'est finalement la Picarde qui l'a emporté, avec une 3e pénalité pour son adversaire, pourtant favorite.

Originaire de Château-Thierry, Sarah-Léonie Cysique s'était qualifiée tôt ce matin pour la demi-finale en éliminant la Géorgienne Eteri Liparteliani. Un combat alors mal débuté, mais la Française avait eu la force d'égaliser et de l'emporter finalement par ippon dans le Golden Score.

"Quand je regarde ma journée, je suis quand même très contente. J'ai une médaille, même si ce n'est pas celle que je voulais. Toutes les médailles sont belles, après je serai contente je le sais", a-t-elle confié juste après son combat.

Déception pour les deux autres Picards en lice

Lors de cette 3e journée des Jeux Olympiques, deux autres Picards était en lice en natation et en tir à l'arc.

Alors qu'il avait battu son record personnel cette saison avec un 100 m dos sous la barre des 53 secondes, Mewen Tomac (Amiens Métropole Natation) est arrivé 7e de sa demi-finale en 53''62. Un chrono même inférieur à celui de ses qualifications hier (53''49), qui ne l'avait déjà pas tout à fait satisfait. "Pas la demi-finale que j'espérais", a réagi le nageur de 19 ans. Il assure pourtant ne retenir "que le positif", pour cette première participation aux Jeux olympiques, qui le prépare à Paris 2024. On retrouvera Mewen Tomac mercredi à 12h26 pour les séries de qualification sur 200 m dos.

Pas de bonne surprise pour le trio d'archers français et son plus jeune membre, Thomas Chirault, 23 ans, originaire de Corbie dans la Somme. Arrivés derniers des qualifications (à la moyenne de leurs résultats individuels) et donc confrontés aux Américains (5e) au premier tour (huitièmes de finale) ce lundi matin, les tricolores ont été sèchement battus 6 à 0. L'aventure se poursuit néanmoins pour le Picard, avec un défi en individuel : rendez-vous mercredi pour les 32e de finale face au Hollandais Gijs Broeksma, qui s'était qualifié avec le 14e score ; Thomas Chirault était 51e.

Pour rappel, dimanche 25 juillet : le basketteur Saint-Quentinois Rudy Gobert a grandement contribué à la victoire des Bleus contre les Etats-Unis en premier match de poule, la pistolière isarienne Céline Goberville a eu la satisfaction d'atteindre la finale sur 10 mètres, même si elle a terminé à la 8e position.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport judo