Le musée de Picardie raccroche des toiles afin de rendre "intuitive la lecture de l'histoire de l'art" aux visiteurs

Depuis le mois de novembre 2023, les visiteurs du musée de Picardie peuvent admirer de nouvelles œuvres dans la galerie Dufour. Un changement voulu afin de "renforcer la notoriété" des collections du lieu culturel. Sorties de la réserve, issues d'acquisitions ou de dons, le renouvellement rassemble des peintures françaises et italiennes du XVIIe siècle.

Proposer un nouvel accrochage aux visiteurs, le "souhait" appliqué du nouveau directeur du Musée de Picardie, Pierre Stépanoff. En effet, en novembre dernier, un raccrochage a eu lieu dans la galerie Dufour, comprenant un ensemble de peintures françaises et italiennes du XVIIe siècle.

"Ce renouvellement de l'accrochage s'inscrit dans un projet global de reprise de la présentation du département Beaux-Arts du Musée de Picardie (Grand Salon et 1er étage)", explique le directeur du musée.  Au total, une dizaine d’œuvres sont passées de la réserve à la lumière de galerie.

Montrer plus d'œuvres aux visiteurs et d'une manière qui rende plus intuitive la lecture de l'histoire de l'art

Pierre Stépanoff

Directeur du musée de Picardie

Le but recherché est de "montrer plus d'œuvres aux visiteurs et d'une manière qui rende plus intuitive la lecture de l'histoire de l'art". Ainsi, les visiteurs peuvent mieux apprécier le mur consacré aux écoles de peinture italienne du XVIIe siècle, de tendance caravagesque. Et celui qui l'oppose, où sont accrochées les peintures françaises du Grand Siècle.

"La chronologie et la distinction claire entre les écoles, au sein de l'accrochage, permettent de distinguer, à l'œil et sans être spécialiste, les affinités qui existent entre les peintres d'un même milieu [...] C'est une manière de faire sentir intuitivement les choses avant que le visiteur n'aille plus loin, en lisant les cartels et textes de salle ou bien en suivant une visite guidée", rapporte Pierre Stépanoff.

Des peintres picards mis en lumière

Pierre Stépanoff, souligne qu’en plus des peintures de "grands artistes français et italiens" de cette période, des œuvres picardes ont été reprises de la réserve. Ce sont "des peintres qui ont connu une grande carrière de niveau national, mais issus de la Picardie (Pierre Patel) ou même d'Amiens (frère Luc)". Le premier est né à Chauny, connu pour sa peinture paysagiste. 

Dans le même temps, le musée de Picardie a bénéficié de nombreux dons, de particuliers ou de l’association des Amis des musées d’Amiens. "Les nouveaux dons concernent des périodes ultérieures de l'histoire de l'art (XVIIIe siècle) et seront intégrés dans la poursuite du raccrochage des collections", révèle le directeur.

"De nombreux dons sont des dessins et ne peuvent donc être montrés en permanence, mais le seront ponctuellement au sein du cabinet de curiosité, de manière renouvelée pour sensibiliser les visiteurs à l'actualité des collections et à la politique d'acquisition du musée."

Parmi les dons reçus, deux portraits peints par l’Amiénois Charles Bourgeois, de la part de l'association. Mais aussi "une donation sous réserve d'usufruit de six tableaux, offerts par un couple de collectionneurs qui ont souhaité garder l'anonymat".

Le prochain raccrochage concernera l'art flamand et hollandais

Ce raccrochage est une première phase avant une deuxième dans les prochains mois, comme l'expose la direction du musée. "La suite du raccrochage concernera la peinture flamande et hollandaise du XVIIe siècle. On s'attachera à valoriser les affinités et les différences entre les peintres des Flandres et les peintres des Pays-Bas. Avec les Français et les Italiens, le visiteur aura donc un bel aperçu, très riche, de la peinture en Europe au XVIIe siècle."

Pour rappel, le musée de Picardie sera fermé le dimanche 31 décembre et le lundi 1er janvier. Il reste sinon ouvert tous les jours, sauf les lundis.