Moelle osseuse : éclairage sur un don méconnu

Le don de moelle osseuse est très méconnu, pourtant, se porter donneur peut sauver des vies. Retour des idées reçues autour de ce don. 

Par N.C

Le jeune Valentin est atteint d'un cancer. Seule solution pour que son traitement de chimiothérapie parvienne à détruire les cellules cancéreuses : un don de moelle osseuse.

Et la magie de Noël a fini par se produire pour cette famille : un jeune Américain de 21 ans est à 100% compatible, malgré une probabilité d'une chance sur un million hors famille. Il va donc pouvoir donner sa moelle osseuse au jeune Valentin, pour le plus grand bonheur de sa mère, Audrey : "C'est un cadeau du ciel. Ses frères n'étaient pas compatibles, et ils ont trouvé quelqu'un qui ressemble, cellulairement parlant, le plus aux frères de Valentin."
 
Donneur de moelle osseuse pour un jeune patient en attente

Si les chances de trouver un donneur sont extrêmement minces, le don de moelle osseuse est primordial. D'autant qu'il existe une méconnaissance autour de ce don. 
 


Comment devenir donneur ? 



Pour devenir donneur de moelle osseuse et donc, augmenter les chances de trouver un donneur compatible, il faut au préalable se renseigner sur cet engagement. Toutes les informations sont disponibles sur le site du don de moelle osseuse. Il faut ensuite formuler une demande de pré-inscription, en complétant ce formulaire, puis réaliser une prise de sang ainsi qu'un rendez-vous avec un professionnel de santé. 
 


Une fois ces étapes accomplies, vous êtes officiellement inscrits sur le registre national de l'Agence de la biomédecine, et vous pouvez être appelés si jamais vous êtes compatibles avec un patient demandeur.  Le site du don de la moelle osseuse revient sur ces idées fausses sur le don, puisque beaucoup de fausses informations circulent : 

1-  La moelle osseuse est prélevée dans la colonne vertébrale : FAUX 

Le prélèvement de moelle osseuse s'effectue dans les os postérieurs du bassin, qui sont très riches en moelle osseuse. La colonne vertébrale contient de la moelle épinière, et non de la moelle osseuse : il n'y a donc aucun risque d'être paralysé après un don de moelle osseuse. 

2- Il est facile de trouver un donneur compatible : FAUX

La plupart du temps, les compatibilités de moelle osseuse sont plus courantes entre frères et soeurs, ou membres d'une même famille. En effet, elles font appel à un système complexe, différent des groupes sanguins. La probabilité de trouver deux individus compatibles en dehors de la fratrie est d'une chance pour un million. 

3- Toute le monde peut faire un don de moelle osseuse, sans condition : FAUX 

Trois critères sont nécessaires pour devenir un donneur de moelle osseuse : être en parfaite santé, avoir plus de 18 ans et moins de 51 ans lors de l'inscription (on peut donner jusqu'à 60 ans). Il faut également accepter de répondre à un questionnaire de santé et de faire une prise de sang. 

4- Le don de moelle osseuse est douloureux : VRAI ET FAUX 

Certains donneurs estiment que la sensation qui suit le prélèvement dans les os postérieurs du bassin ressemble à un « gros bleu », et que la préparation au prélèvement par cytaphérèse donne des symptômes grippaux, mais ce n’est pas systématique. Ces douleurs, si elles existent, peuvent être facilement soulagées par des antidouleurs classiques. Il est évident que la sécurité médicale des donneurs est assurée avant, pendant et après le don.

5- Quand ma comptabilité avec un malade est trouvée, je dois me rendre disponible immédiatement : FAUX 

Entre le moment où le donneur est appelé et le prélèvement, le donneur est invité à réaliser de nouveaux examens médicaux complémentaires afin de se préparer au don. Il peut donc s'écouler une période entre un et trois mois. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus