Passage de la flamme olympique à Amiens : "j’ai failli pleurer, je n'aurais pas l'occasion de revoir ça"

Ce jeudi 4 juillet, la flamme olympique faisait étape dans la Somme. Partie de Villers-Bretonneux, elle a terminé son parcours à Amiens où des milliers de personnes l'attendaient. Une joie pour beaucoup d'entre eux.

Depuis 9h, ce jeudi matin, la flamme a fait étape dans la Somme. Partie de Villers-Bretonneux, elle a poursuivi son parcours à Abbeville, au parc Samara, à Doullens, Saint-Valery-sur-Somme, Albert, Bouillancourt-en-Séry et enfin Amiens.

À LIRE AUSSI : EN IMAGES. Flamme olympique dans la Somme : le Youtubeur Michou enflamme Albert

Il est 15h lorsque nous décidons de prendre le pouls dans la capitale picarde, où est attendu notamment le nageur médaillé olympique Jérémy Stravius, pour allumer le chaudron en début de soirée.

Sur notre chemin, Loula, 20 ans. Elle est bénévole sur le parcours de la flamme olympique et doit orienter le public vers la rue des Trois Cailloux, une belle opportunité pour elle. "C'est un événement qui arrive très rarement, et j'avais envie d'aider et d'y participer. On a de la chance, en plus il fait beau et on découvre de nouvelles personnes, je suis très contente."

Quelques mètres plus loin, Fiona, 22 ans, attend l'arrivée de la flamme alors que la musique résonne déjà sur la place Gambetta. "Je me suis dit, c'est un truc à voir, c'est bien pour la ville, ça fait de la pub et puis en ce moment, c'est un peu triste de voir ce qu'il se passe (en référence aux élections législatives), donc quand il se passe quelque chose de cool, il ne faut pas s'empêcher d'y aller."

Rue des Trois Cailloux, Édith est arrivée en avance pour voir sa fille qui porte la flamme à 19h en fin de parcours. "Je suis très contente pour elle, on ne fait pas ça tous les jours", sourit-elle.

Sur le quai Bélu, ils sont venus nombreux pour voir la flamme, mais aussi profiter du soleil, bien rare dans la région ces temps-ci. Geneviève est avec ses trois petits-enfants : "Ils voulaient absolument la voir, c'est important pour l'Histoire", souligne-t-elle.

Il est un peu plus de 17h30, la flamme ne va pas tarder à arriver. La foule commence à se former sur le bord de la Somme. Les musiciens entament leurs morceaux, alors que le soleil continue de briller en cette fin d'après-midi.

Toujours dans le quartier de Saint-Leu, Morgan, rentre chez lui, il habite juste à côté : "je suis un peu indifférent à tout ça, lance-t-il. Mais bon si je suis là au bon moment, je vais m'arrêter."

La flamme arrive enfin sur l'eau, sous les applaudissements. C'est Régis Gurtner, gardien et capitaine de l'Amiens SC qui ouvre le bal. "C'est fou, cela se passe en France, cela se passe chez nous, c'est vraiment emblématique", témoigne Sylvie, dans le public.

Le temps que la flamme effectue son parcours dans la ville, nous nous dirigeons vers le cirque Jules Verne. Ici l'ambiance est au rendez-vous, la ville a prévu de nombreuses animations tout au long de l'après-midi. Mais c'est bien l'arrivée imminente de la flamme que le public attend impatiemment.

Ici, 10 000 personnes, selon la mairie, se sont rassemblées. Le public peut ainsi suivre le parcours de la flamme en direct sur écran géant.

19h30, avec du retard, la flamme arrive enfin dans les bras de l'Amiénois médaillé olympique de natation, Jérémy Stravius. Après avoir allumé le chaudron, l'émotion est palpable. "J’ai failli pleurer, je n'aurais pas l'occasion de revoir ça. À mon âge, ça aurait été dommage de rater ça", nous confie Cindy. 

D'autres restent plus terre à terre. "C’est cool, mais c’est pas ça qui va me donner un CDI", lance Lucie âgée de 22 ans. "Ça me touche pas, mais c’est festif. Il y a moins festif en ce moment", abonde Frédéric.

Après ce passage dans la Somme, la flamme continue son parcours en Seine-Maritime vendredi 5 juillet. Elle reviendra en Picardie, dans l'Aisne le 17 et dans l'Oise le 18 juillet.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité