Première mondiale ORL au CHU Amiens Picardie

L’équipe chirurgicale ORL est animée par le Dr Nathalie KLOPPDUTOTE et le Pr Vladimir STRUNSKI, accompagnée du Pr Michel LEFRANC neurochirurgien (9.10.19) / © CHU Amiens-Picardie
L’équipe chirurgicale ORL est animée par le Dr Nathalie KLOPPDUTOTE et le Pr Vladimir STRUNSKI, accompagnée du Pr Michel LEFRANC neurochirurgien (9.10.19) / © CHU Amiens-Picardie

Le 2 octobre 2019, un patient du CHU Amiens-Picardie souffrant de surdité profonde a bénéficié d'une nouvelle technique chirurgicale pour mettre en place un implant qui lui permet de restaurer son audition. Au niveau mondial, c'est la première implantation cochléaire totalement robotisée.

Par Camille Di Crescenzo

Le CHU Amiens Picardie est sous le feu des projecteurs en accélérant les premières mondiales. Le 2 octobre 2019, un patient souffrant de surdité profonde a bénéficié d'une nouvelle technique chirurgicale pour mettre un implant cochléaire qui lui permet de restaurer son audition. L'implantation a été réalisée de façon complète avec une assistance robotisée, plus précise, moins invasive et avec une ouverture minime de la peau. 
La nouvelle a été annoncée dans un communiqué.

Cette intervention a été réalisée par le Dr Nathalie Klopp-Dutote, praticien hospitalier ORL appuyée par le Professeur Vladimir Strunski et accompagnés du Professeur Michel Lefranc, neurochirurgien spécialisé dans la chirurgie sous assistance robotisée au CHU. Avec une technique de robotisation, ce dernier avait déjà participé à une autre première mondiale, une opération d'un enfant de 6 ans atteint d'une scoliose évolutive grave.

Plus récemment en juin dernier, c'était une 1ère européenne qui a été également réalisée au CHU Amiens Picardie par les équipes de neurochirurgie, de neurologie, d'anesthésie et de neuroradiologie. Elles ont utilisé une technique au laser unique en France sur une patiente de 84 ans pour traiter un tremblement sévère.

Au succès de ces opérations, le service de neurochirurgie du CHU d'Amiens ajoute désormais celui de l'implant cochléaire.
Cette nouvelle procédure remplace la majeure partie des étapes traditionnelles d'implantation cochléaire (réalisation de la voie, insertion du porte-électrode dans l'oreille interne, couplée à un scanner per-opératoire). Elle consiste à mettre en place la partie interne de l'implant cochléaire dont le but principal est d'ouvrir l'oreille moyenne pour accéder à l'oreille interne.

L'acte chirurgical passe par le fraisage. Jusqu'ici pratiqué par la main du chirurgien sous microscope, il est réalisé désormais par l'assistance robotisée et la vision 3D du scanner. Plus minutieux et plus précis, il est moins invasif et limite les traumatismes potentiels. 

Qu'est-ce que l'implant cochléaire ?

L'implant cochléaire est un appareil électronique ultra-miniaturisé qui permet de donner un certain niveau d'audition pour des personnes atteintes de surdité profonde ou sévère ou encore des personnes souffrant d'acouphènes.

En France, 6,6 % de la population est atteinte de déficience auditive, pour atteindre jusqu'à 65 % des plus de 70 ans. On estime qu'un enfant sur 1 000 est atteint de surdité congénitale.

Lorsque la surdité est profonde et que les prothèses auditives ne permettent pas une intelligibilité suffisante de la parole, l'implant cochléaire est indiqué pour rétablir une audition efficace.
© CHU Amiens Picardie
© CHU Amiens Picardie

Ce système, complètement pris en charge en France, est développé depuis plus de 20 ans. Actuellement 30 000 implants cochléaires sont mis en place chaque année dans le monde et environ 1 500 en France dans les CHU. Grâce à cette nouvelle procédure, l'équipe du Dr Nathalie Klopp-Dutote envisage de réaliser 30 opérations chirurgicales par an pour les patients rentrant dans les critères opératoires définis par la haute autorité de santé (HAS).
 

Sur le même sujet

Les + Lus