• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

À quoi ressemblera le zoo d'Amiens en 2024 ?

Les transformations du parc représentent un investissement de 42 millions d'euros
Les transformations du parc représentent un investissement de 42 millions d'euros

Mardi, l'équipe du parc zoologique d'Amiens présentait au cinéma Gaumont le futur visage du lieu, qui s'apprête à subir de profondes transformations. D'ici 2024, le parc gagnera notamment 1,5 hectare, 120 espèces animales supplémentaires, un snack et un restaurant. 

Par CV

La métamorphose s’accélère au zoo d'Amiens... D'ici 2024, le parc sera totalement transformé. Une transformation qui va se réaliser en plusieurs étapes. Pour commencer, dans un peu plus d'un an, un restaurant et une zone dédiée aux éco-systèmes d’Asie du sud-est ouvriront. 

Nouvelle entrée, nouvel espace Savanes et Tropiques  


Au printemps 2021, l'entrée du zoo se situera rue du Faubourg-de-Hem, sur l'ancien site de Picardie Poids Lourds, racheté par la Métropole en 2016. Son parvis ouvert sur le faubourg comme sur le parc de La Hotoie sera aménagé par L’Atelier Jacqueline Osty. La paysagiste a imaginé le zoo de Vincennes et l'immense parc Martin-Luther-King, dans le 17e arrondissement de Paris. 

Cet espace accueillera également les zones Savanes et Tropiques, pensées par l’architecte Bruno Mader. Il prendra la forme d'un grand navire de 1.900 m² et regroupera la billetterie, les salles pédagogiques, une boutique, les parties techniques et à l’étage l’administration. "Ce sera vraiment plus pratique, pointe Pierre Bouthors, chargé de communication du zoo. Car nos locaux sont aujourd’hui tous dispersés dans le parc."


En 2024, le parc accueillera 120 espèces animales supplémentaires parmi lesquelles tigres, girafes, hippopotames pygmées, alligators de Chine, lynx. 

"Ce projet d'extension et de rénovation était nécessaire, selon Nathalie Devèze, vice-présidente d’Amiens Métropole déléguée à la culture. La fréquentation est en constante augmentation. C’est, avec plus de 190 000 visiteurs, le deuxième lieu le plus fréquenté du département après la cathédrale et le premier en nombre d’entrées payantes."


L'idée est de créer un parcours entre différentes zones géographiques : Rivages, Le Marigot, L’Équateur, Tropiques, Savanes… L'espace Archipels sera le premier à être réalisé dans ce projet d'extension. Il sera consacrée aux éco-systèmes insulaires et continentaux d’Asie du Sud-Est.

Le chantier situé sur les anciens enclos des cobes de Lechwe, des grues de Mandchourie et de Jana et Praya, les deux éléphantes parties en décembre pour la Belgique, débutera en septembre 2018.

D'ici un an, cette zone accueillera 30 espèces de mammifères, "dont un couple de tigres, tant attendu, et un terrarium qui nous permettra de présenter une part oubliée de la biodiversité : reptiles, amphibiens et insectes", informe Christine Morrier, la directrice du parc.

En tout, 42 millions d'euros sont alloués à ces transformations. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus