Tiphaine Mauchant (Amiens UC) sacrée championne de France de saut en longueur : "C'était épique, fou, je suis encore dedans !"

Aux championnats de France d'athlétisme en salle, ce dimanche, l'Amiens UC a conservé son titre en saut en longueur grâce au dernier essai, libérateur, de Tiphaine Mauchant, qui confie son "soulagement" au terme d'un concours aux airs de "bataille mentale".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

À 22 ans, Tiphaine Mauchant, née à Soissons et licenciée à l'Amiens UC Athlétisme, a décroché son premier titre dans l'élite en réalisant un saut en or d'une longueur de 6,56 mètres. C'était ce dimanche 19 février, lors des championnats de France organisés au stadium Jean Pellez d'Aubière, près de Clermont-Ferrand.

Presque à l'instant où ses pieds s'enfonçaient au-delà des 6,40 mètres, l'athlète réalisait son exploit. Après quelques secondes, elle éclatait en sanglots, avant-même l'annonce officielle du résultat.

Je vois la mesure et je m'effondre totalement. Tout le monde a défilé sous mes yeux, ceux qui sont là dans les bons et les mauvais moments.

Tiphaine Mauchant, championne de France de saut en longueur

Une bonne partie de ses proches étaient dans la salle du Puy-de-Dôme. D'autres la regardaient depuis leurs écrans en Picardie. "Tout le monde m'a envoyé des messages, c'est trop chou", confie la championne.

Cette médaille d'or ne devrait pas suffire à qualifier Tiphaine Mauchant pour les championnats d'Europe : "Les minima (6,75 mètres, ndlr) ne sont pas respectés, je pars du principe que je n'y serai pas", constate l'Amiénoise. Mais le titre se savoure en lui-même. Ô combien ! Surtout qu'il revient de loin.

"C'est un soulagement, je n'avais pas mes repères"

Le saut de la victoire a des allures de twist final, car avant ce sixième et ultime essai, l'Amiénoise ne pouvait espérer, au mieux, que la troisième marche du podium. Sa meilleure tentative était à 6,39 mètres, sa cinquième à seulement à 6,22 mètres ! Loin de sa performance à domicile du début du mois, au meeting des 3 sauts d'Amiens : 6,61 mètres.

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais je n'avais pas mes repères, dans la course ou les intentions", raconte Tiphaine Mauchant. La pression était d'autant plus intense que des concurrentes arrivaient avec des records supérieurs au sien. Il y avait aussi le retour d'une légende, Éloyse Lesueur, "une femme extraordinaire, humainement adorable", à laquelle l'Amiénoise avait "hâte" de se confronter.

Je me suis dit : "fais ce que tu veux et on verra". Et c'est sorti ! Tout le championnat a été hyper stressant, une vraie bataille mentale. C'était assez épique, assez fou, je suis encore dedans !

Tiphaine Mauchant

Éloyse Lesueur décroche l'Argent et prend Tiphaine Mauchant dans ses bras. Conclusion d'un scénario à l'amiénoise, car en 2022 déjà, Maëlly Dalmat (Amiens UC) avait été sacrée sur son dernier saut.

"J'ai une pensée pour elle qui s'est blessée cet hiver, j'aurais aimé qu'elle soit là, confie la nouvelle championne. Elle aurait kiffé l'ambiance, et puis on a la même préparatrice physique, le même coach (Jorice Bassola, ndlr) qui a d'ailleurs pris des cheveux blancs en vivant la même chose que l'année dernière !"

Blancs ou peut-être argentés, comme les médailles décrochées par trois des 8 autres athlètes de la délégation picarde dans ces championnats : en saut en hauteur pour Raphaël Moudoulou, en triple saut pour Aminata Ndiaye et sur 3 000 mètres pour Aude Clavier.

Tiphaine Mauchant est rentrée à Amiens dimanche soir, par le train. Par ailleurs étudiante en troisième année de licence de psychologie, elle va maintenant profiter de sa semaine de vacances pour se reposer et aller voir sa famille près de Montélimar, où elle a grandi (elle n'a vécu que deux ans dans sa ville natale de Soissons), avant de reprendre l'entraînement à Amiens, "certainement la semaine prochaine", pour préparer les compétitions estivales.