VIDEO. Coronavirus : le Pr Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens, répond à vos questions

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, vous nous interrogez beaucoup sur la maladie, ses symptômes, la transmission du virus ou encore le confinement. Des questions que nous avons posées à un spécialiste, le Pr Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d’Amiens. Voici ses réponses...
 

Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens
Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens

Le lavage des mains et des courses

Le lavage des mains et des courses

La question de Patrick :
Pour se laver les mains, la "BISEPTINE " ou le « DAKIN » sont-ils efficaces ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
La Biseptine et le Dakin sont des antiseptiques donc se laver les mains avec ces produits est une « fausse bonne idée ». Certes, cela va être efficace sur les micro-organismes présents sur les mains mais la Biseptine et le Dakin vont dessécher la peau très vite et vont entrainer des petites lésions, des petites crevasses. Des blessures qui vont rendre le lavage des mains douloureux, donc il faut vraiment préférer le gel hydro alcoolique ou le savon avec de l’eau.


Les questions d'Alice, Catherine, Frédéric et Murielle :
Au retour des courses, quelle est la marche à suivre ? Faut-il désinfecter tout ce qui rentre dans la maison ? Même nos propres affaires ? Doit-on tout laisser dehors ? Et comment laver les Fruits et légumes ?
La réponse de Pr Maxime Gignon :
Pour les courses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a publié des recommandations. Je vous invite à aller sur leur site : https://www.anses.fr/fr/content/alimentation-courses-nettoyage-les-recommandations-de-l%E2%80%99anses. Ce qui est recommandé, c’est de laver tous les fruits et légumes à l’eau claire. Et ça suffit, il ne faut pas ajouter de détergent (javel, lessive, white spirit, etc.) car vous risqueriez d’avoir une intoxication. Pour les produits emballés, il est conseillé d’enlever tous les emballages, notamment en carton, avant de les ranger dans le réfrigérateur. Et pour tous les produits qui peuvent rester hors du frigo, il est conseillé de les laisser à l’extérieur au moins 3 heures avant de les ranger.

 

La transmission du virus

La transmission du virus

La question d'Hela, Stef, Thierry et Valérie :
Certains disent que le virus peut se développer dans l'air, sur les vêtements ou dans les cheveux. Pouvez-vous nous apporter votre éclairage ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Le SARS-CoV-2 (c’est le nom officiel de ce virus qui entraine cette maladie Covid-19) ne se « balade » pas dans l’air, contrairement à la tuberculose par exemple. Le SARS-CoV-2 se transmet entre 2 personnes par des postillons que l’on va émettre lors d’une discussion, d’un éternuement ou d’un effort de toux. En l’état actuel de nos connaissances, ce sont vraiment les gouttelettes qui sont les sources de contamination de ce virus.

La question de Sylvie :
Ayant une « peau à moustiques », je me demandais si les insectes, oiseaux ou autres animaux peuvent faire circuler le virus ? Et si oui comment s'en prémunir ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
A priori, non. Il n’y aucune publication scientifique qui va dans ce sens. On retrouve très peu de virus dans le sang donc le moustique, quand il vous pique, il va prendre un peu de votre sang et va transmettre des maladies en allant piquer quelqu’un d’autre mais pour le SARS-CoV-2, ça n’a pas été prouvé et vu qu’il y a très peu de virus dans le sang, c’est très peu probable donc il n’y a aucun risque.

La question de Béatrice :
Mon mari et mon fils aîné travaillent malgré le confinement, ils n’ont pas le choix. J’ai peur pour moi et mes 2 plus jeunes enfants. Quelles règles adopter à la maison ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Les règles à adopter à la maison, ce sont les gestes barrières. Ce sont des gestes vraiment efficaces. On peut très bien aller travailler. On est nombreux à devoir le faire en cette période de confinement. Si on n’a pas de fièvre ou de signes respiratoires, on n’est pas considéré comme contaminant. Quand on rentre à la maison après avoir été en contact avec des personnes malades, le mieux, c’est d’enlever ses vêtements et ses chaussures. Mais s’il n’y a personne qui a des symptômes (fièvre, toux, éternuements) à la maison, il n’y a pas de risques particuliers.

 

Les masques et les risques encourus en cas d’autres pathologies

Les masques et les risques encourus en cas d'autres pathologies

La question de Fa-Mi-Lle et Jayce :
Le port de la barbe réduit il l’efficacité des masques ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Oui, notamment pour les soignants qui doivent porter le masque FFP2. Il faut que ce masque soit très bien collé à la peau pour être isolant. Et si vous avez une barbe, même naissante, il ne va pas être étanche. Quand vous allez inspirer, il y a un risque que le virus passe donc en effet, si vous devez porter ce type de masque, il est fortement conseillé de se raser.

La question d’Aline :
Je suis confinée, je ne sors pas du tout, mais je viens d’être opérer et une cicatrice reste ouverte. Une infirmière vient tous les jours pour les soins. Comme celle-ci ne change pas de masque en raison de la pénurie, risque-t-elle de me contaminer ? Devrais-je essayer de faire mes soins moi-même ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Non, il n’y a pas de risque particulier. En effet, les infirmières ne changent pas forcément de masque entre chaque patient. Le masque a notamment pour objectif d’éviter que l’infirmière postillonne sur ses patients et si elle ne touche pas son masque avec les mains, il n’y a pas de raison qu’elle puisse contaminer ses patients.

La question de Reine :
J’ai un cancer du rein. J’ai déjà fait une embolie pulmonaire. Je souffre de diabète, d’hypertension et d’apnée du sommeil. Mes médecins et mon infirmière ne veulent pas que je sorte sans masque, mais je n’en ai pas. Suis-je prioritaire pour en avoir ? Comment faire ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Reine a des problèmes de santé qui font qu’elle est une personne fragile par rapport au Covid-19 donc il faut absolument prendre les mesures de protection pour éviter au maximum de contracter la maladie. Il faut qu’elle respecte le confinement et reste à la maison. Les recommandations pour les personnes fragiles, c’est de porter un masque quand elles vont en consultation en milieu hospitalier où elles peuvent croiser d’autres personnes malades. Mais si elles restent à la maison, il n’y a pas de raison qu’elles portent de masque.

La question d’Anne :
Mon mari est greffé d’un rein et prend donc des médicaments immunosuppresseurs et moi j'ai une spondylarthrite ankylosante… Puis-je aller faire les courses sans prendre de risques ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Les personnes qui ont des traitements comme Anne et son mari ont en effet une immunité moins efficace qu’une personne en bonne santé. Pour ces personnes, il faut restreindre l’activité sociale et donc éviter au maximum de sortir. Ça entraine en effet des contraintes dans la vie quotidienne. Idéalement, il faudrait que ces personnes se fassent livrer les courses à la maison, ça leur éviter de prendre le risque de croiser d’autres personnes qui pourraient être malades et qui pourraient donc les contaminer.

 

Les symptômes du Covid-19

Les symptômes du Covid-19

La question de Tiffany :
Quand on dit « fièvre », c’est quelle température ? Très élevée ou juste 38/39 ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Dans le cadre du Covid-19, la fièvre est définie à une température supérieure à 37,8°C.

La question d'Alexandra, Gabrielle et Régine :
Quels sont exactement les symptômes du virus ? J’entends maux de tête, mal de ventre,  diarrhée, fièvre… Au final, je ne sais plus quoi penser…
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Le Covid-19 est avant tout une pathologie respiratoire donc la grande majorité des personnes qui en sont atteintes, ont essentiellement des problèmes de toux et de fièvre. Petit à petit, on se rend compte qu’il peut y avoir aussi d’autres signes, plus rares, comme la perte de l’odorat ou du goût (l’anosmie et l’agueusie). Chez les personnes âgées, il y a aussi beaucoup de formes digestives… Donc en effet, on découvre, au fur et à mesure, des nouveaux signes de la maladie mais qui restent peu fréquents.

La question de Coralie :
Comment les médecins peuvent-ils savoir par téléphone qu’on a le Covid-19 sans faire le test et sans nous examiner, en sachant qu’on n’a pas tous les symptômes de la maladie ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Maintenant, nous sommes en « Phase 3 » et il y a beaucoup de gens qui sont atteints. Il y a donc ce qu’on appelle un « argument de fréquence ». Si vous présentez des signes respiratoires avec de la fièvre et que vous n’avez pas de signes de gravité qui nécessite une hospitalisation, il n’est en effet plus recommandé de faire de test. On considère que vous avez le Covid-19 (même si on ne le prouve pas par un test) parce que la grande majorité des gens qui présentent ce type de symptômes en ce moment, ce sont les personnes qui sont atteintes du Covid-19.

La question de Ludi :
Sincèrement, avons-nous une chance d’échapper à ce virus ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Sincèrement : oui, on a une chance d’échapper à ce virus ! C’est une période très angoissante mais il y aura un « après » sans aucun souci. Ce qui inquiète et préoccupe beaucoup les autorités sanitaires et les professionnels de santé, c’est la quantité de patients que l’on va avoir à prendre en charge sur très peu de semaines et donc notre capacité à les prendre en charge correctement. C’est ça le véritable enjeu. Rappelons que :Le risque est donc avant tout collectif, pour le système de santé dans son ensemble.

 

Les malades atteints du Covid-19

Les malades atteints du Covid-19

La question de Céline :
J'aimerais savoir en combien de temps on guérit. J'en suis au 10ème jour et j'en suis toujours au même point. Un jour ça va, le jour suivant ça ne va plus, ça commence à faire long...
La réponse du Pr Maxime Gignon :
En effet, on se rend compte que c’est une maladie qui dure assez longtemps, 2 semaines en général. On en a pour environ 14 jours à être fatigué, à avoir de la fièvre, à tousser de manière assez importante.

La question de Virginie :
Au bout de combien de temps reviennent le goût et l’odorat ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
C’est une bonne question… C’est un symptôme qui a été découvert très récemment par des spécialistes français (les collègues chinois ne l’avaient pas repéré) et j’aurais donc beaucoup de mal à répondre de manière précise à cette question.

La question d’Ange et JD :
Peut-on être malade deux fois ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
A priori, non. On n’a pas pour le moment de preuve scientifique qui montre que l’on peut faire une rechute. Une fois qu’on a été guéri, il n’y a pas de rechute possible.

 

Les tests

Les tests

La question d’Elodie :
Pourquoi ne pas généraliser les tests alors que dans d’autres pays qui l’ont fait, il y a moins de malades et moins de morts ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
En effet, en France, on doit augmenter notre capacité de tests. C’est d’ailleurs ce que les autorités sanitaires ont déclaré et depuis le début de l’épidémie, on est en train de le faire.
Mais faire des tests, ça n’empêche pas d’être malade donc ce n’est pas cela qui va réduire le nombre de malades, c’est juste qu’on va plus finement savoir le nombre de personnes réellement malades.
Concernant le nombre de morts : le taux de mortalité, c’est "le nombre de personnes qui décèdent de la maladie" divisé par "l’ensemble des malades". Donc plus le nombre de personnes testées est important, plus on a de malades reconnus
(et plus le taux de mortalité est faible, NDLR). C’est pour cela qu’on a des taux de létalité très faibles (inférieurs à 1%) dans certains pays qui ont des capacités de test importantes.
Nous, en France, on a des capacités de test qui sont inférieures à ces pays-là, notamment en raison de choix historiques d’organisation de nos laboratoires. Pour ces tests Covid-19, on a besoin d’une technique très particulière qui était moins développée en France que dans d’autres pays, mais qu’on est en train de développer pour pouvoir tester beaucoup plus.


Les questions de Doc :
Malgré leurs fortes spécificités, on sait que les tests actuels COVID manquent de sensibilité. Si les tests COVID sont négatifs, excluez-vous automatiquement le diagnostic de COVID malgré la persistance des symptômes ? Et existe-t-il un protocole plus sensible ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Effectivement, ce test Covid-19 manque de sensibilité et c’est pour cela qu’il faut rester avant tout "clinique" (c’est-à-dire observer directement les signes de la maladie, NDLR) et si vraiment on a une forte suspicion clinique de Covid-19 et que le 1er test est négatif, il ne faut pas hésiter à la refaire car peut-être qu’il a été fait trop tôt dans l’évolution de la maladie, ou peut-être qu’il n’a pas été bien fait, car c’est un test qui est assez compliqué à faire (il faut en effet placer un coton-tige au niveau du nez et aller très loin pour aller gratter la paroi et récupérer des cellules) et s’il n’y a pas assez de cellules au moment du prélèvement, le test peut être faussement négatif.
Concernant des autres stratégies possibles : actuellement, on n’en a pas. On attend de nouveaux tests rapides, des autotests. Les chercheurs et les industriels sont actuellement d’y travailler afin de nous fournir de nouvelles capacités de test qui seront différentes de celui actuellement utilisé.
Ces nouveaux tests seront particulièrement importants à la fin du confinement. A ce moment-là, la courbe épidémique sera sur la pente descendante et il y aura moins de cas. On pourra donc plus facilement tester et identifier plus les personnes qui portent ce virus afin de faire des confinements ciblés. C’est-à-dire que si vous êtes malade à ce moment-là, dans la phase que l’on appellera "la phase 4", on pourra vous proposer de rester confiné parce que vous êtes porteur du virus mais ce sera très ciblé.


 

Le confinement

Le confinement

La question de Laetitia :
Après combien de temps de confinement total est-on certain de ne pas être contaminé ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
La durée d’incubation de ce virus va au maximum jusqu’ à 14 jours donc si vous avez été confiné seul, sans voir personne pendant 14 jours, et que vous n’avez pas de symptômes, vous êtes sûr de ne pas avoir ce virus.

La question de Camille :
Je suis claustrophobe. Pouvez-me dire quand sera levé le confinement ?
La réponse du Pr Maxime Gignon :
Non, c’est très compliqué. Je pense effectivement à Camille, dans cette situation, cela ne doit pas être simple à supporter. Mais malheureusement, je n’en sais rien parce que le confinement sera levé quand on aura passé ce pic épidémique.
Le fait d’être confiné, cela permet d’éviter la transmission entre personnes. Moins il y a de personnes qui se transmettent le virus, moins il y a de malades et plus vite la courbe va s’inverser. On pourra lever ce confinement quand on sera sur cette phase descendante de la courbe. Pour l’instant, ce n’est pas encore le cas, selon les chiffres que l’on a, et c’est pour cela que le Premier ministre a prolongé le confinement jusqu’au 15 avril. Ce sera peut-être encore prolongé… Cela dépend des transmissions. Il faut qu’elles baissent rapidement. Et c’est donc important de bien respecter ce confinement.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société coronavirus : conseils pratiques
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter