Ancien ouvrier, il cartonne sur les réseaux sociaux grâce à ses vidéos de doublage d'animaux : "je suis à peu près à 150 millions de vues"

Avec une trentaine de sketchs mis en ligne tous les mois, Jeremy Leroy, connu sous le pseudonyme de Jeremandtheduck, connaît un véritable succès sur les réseaux sociaux. Sa recette ? Des doublages de vidéos d'animaux qui lui ont déjà rapporté plus de 150 millions de vues sur toutes les plateformes.

Le visage de Jeremy Leroy ne vous dit peut-être rien, mais vous avez très sûrement entendu sa voix sur les réseaux sociaux. Depuis 2021, cet habitant de Fourcigny dans la Somme possède le compte parodique Jeremandtheduck qui connaît un véritable succès en ligne.

Et s'il vit désormais pleinement de sa passion, il a mis du temps avant de rencontrer un public conséquent sur les réseaux sociaux.

Complètement autodidacte

"À la base, je suis un gros consommateur de vidéos sur internet, cela fait des années que je ne regarde plus la télé et que je me concentre sur les vidéos sur internet", lance Jeremy. Inspiré par des créateurs de contenus dont il appréciait l'humour, il a eu envie de réaliser ses propres vidéos.

Le rendu de ses premières créations, sur les jeux vidéo, n'était pas "exceptionnel, ça n'avait rien de super, mais ça m'a appris la technique, le son, le logiciel, ça m'a aussi appris à paraître devant une caméra parce que ce n'était pas facile, surtout quand on est tout seul, surtout voir son visage, entendre sa voix...". 

Au fil du temps, il a "commencé naturellement" à dériver sur d'autres thématiques, avant d'en venir à faire des vidéos d'animaux. Jeremy a tout appris seul. Dès qu'il avait besoin de faire une manœuvre sur son logiciel de montage, il n'hésitait pas à chercher un tutoriel en ligne. "J'ai tout appris tout seul", souligne-t-il.

Succès sur TikTok

Lors de ses premières vidéos, le créateur de contenus faisait des petites introductions "qui devaient être le plus drôle possible afin de faire rester la personne, lui donner envie de regarder toute la vidéo". Il utilisait ces passages en les postant sur TikTok pour faire la promotion de sa chaîne Youtube

"Mais, en fait, ce qui s'est passé, c'est que j'ai percé directement sur TikTok avec ces vidéos-là et avec les vidéos du canard". C'est à partir de ce moment qu'il a décidé de se consacrer à TikTok. Petit à petit, "j'ai dérivé sur d'autres animaux" car il est "plus agréable de faire plus de voix, de personnages, pour être drôle et faire des scénarios". 

Sa vidéo qui l'a fait buzzer le met en scène face à un canard. "Je lui dis : ah il est trop mignon ! Je mets le doigt et le canard se met à râler dans tous les sens en finissant par m'insulter de sale chauve. C'est celle qui m'a fait percer avec 4,5 millions de vues". 

@jeremandtheduck

Canard honnête (mais un peu vexant quand même)

♬ original sound - Jeremy Fa Sol!

Une organisation bien ficelée

Pour réaliser ses vidéos, Jeremy commence par des compilations qui contiennent "beaucoup de vidéos d'animaux, qui sont assez anciennes, comme ça je sais que ce ne sont pas des vidéos qui ont été utilisées récemment sur les réseaux sociaux". 

Il pioche celles qui lui parlent le plus et les poste sur Facebook pour voir "s'il y a des droits d'auteur, avant de se lancer dans la création. Car le réseau social signale tout de suite si une vidéo est sous le coup de droits d'auteur. "Généralement, je prends un cahier tout simple où j'écris au brouillon toutes les choses qui me passent par la tête", avant de tout retravailler sur un logiciel de traitement de texte. 

"Une fois que c'est fait, je prends ma carte SD, je vais directement sur mon poste de doublage et je fais mes doublages", détaille-t-il.

@jeremandtheduck

La vie perché des animaux #1

♬ son original - Jeremy Fa Sol!

Déjà 150 millions de vues 

Jeremy compte près d'un demi-million d'abonnés sur tous les réseaux sociaux cumulés. Quant aux vues, "j'ai une vidéo sur Instagram qui, à elle seule, a fait 12 millions de vues au niveau français". Une autre, à l'international, a même fait 24 millions de vues. "Mais sinon, en totalité, à l'heure actuelle, je suis à peu près à 150 millions de vues et, depuis mai, j'ai fait 135 millions de vues". 

Actuellement, avec ses vues, il arrive à "dégager à peu près un SMIC" tous les mois, ce qui représente son salaire lorsqu'il travaillait auparavant dans une usine, lui permettant ainsi de ne pas y retourner et de se consacrer pleinement à son activité. "J'espère que dans le futur, en accélérant ma cadence de travail et peut-être en trouvant des partenariats, mes revenus augmenteront un peu plus", ajoute-t-il. 

Quant à de possibles projets futurs, il explique avoir "beaucoup de choses en tête". Le canard peut être utilisé, selon lui, pour plusieurs concepts, comme la BD. "Comme je ne suis pas dessinateur, c'est quelque chose que je verrai plus tard, peut-être que je serai en contact avec quelqu'un qui veut travailler avec moi". 

Il voudrait aussi essayer le doublage de vidéos avec des humains, tenter de s'intégrer un peu plus sur un fond vert ou même ouvrir une boutique pour faire des t-shirts ou des tasses qui utilisent l'humour de ses vidéos.

Avec le succès rencontré, il estime atteindre le million d'abonnés, toutes plateformes confondues, d'ici le mois d'août. Tout dépend de "comment les réseaux sociaux réagissent, parce qu'ils font souvent des mises à jour d'algorithme et on se retrouve avec des chutes de visibilité. Mais ça va, je ne suis pas trop impacté".

Avec Naïm Moniolle / FTV