Une famille fait le buzz sur les réseaux sociaux avec une chanson de soutien aux sinistrés de Blendecques

Plus de 65 000 vues en seulement 48 heures. Quatre Blendecquois et Blendecquoises ont écrit et publié une reprise de la chanson "Les Rois du monde", en modifiant les paroles pour rendre hommage aux inondés de Blendecques et des Hauts-de-France.

Un air qui rentre dans la tête... Et tant mieux ! Sur Facebook, les personnes qui résident dans le Pas-de-Calais ont certainement vu passer cette vidéo sur leur fil, photos en noir et blanc, musique dramatique et son pop rock en étendard.

Car depuis ce lundi 22 janvier 2024, une reprise de la chanson Les Rois du monde, tirée de la comédie musicale Roméo et Juliette, fait le buzz sur les réseaux sociaux. Un succès lié à l'hommage que la chanson rend aux sinistrés de Blendecques, dans le Pas-de-Calais, inondés à de multiples reprises ces derniers mois.

Un succès surprise

C'est sur le compte "Pierrot Tatoo Misbare II", un salon de tatouage de Blendecques, que la vidéo a été publiée il y a moins de 48 heures. En seulement deux jours d'existence, la reprise a déjà cumulé 65 000 vues. "Je pense que ça fait du bien aux sinistrés de voir du soutien." Pierre Misbare, détenteur du salon de tatouage et co-auteur-interprète de la chanson, justifie le succès de la ritournelle, qui n'était originellement "que de la rigolade".

>>> À lire aussi : Sinistrés du Pas-de-Calais : "ça moisit", après leur maison, c'est leur mobil-home inondé qui est inhabitable

"Avec ma compagne, ma sœur et mon demi-frère on a écrit les paroles en quelques heures, comme ça, pour s'amuser." Mais les quatre compères se sont pris au jeu et ont voulu tirer sur le fil, sentant que quelque chose d'intéressant pouvait voir le jour.

Place aux grands moyens

Une première version de la chanson a été publiée sur Facebook le 11 janvier dernier. "Ce n'était pas professionnel du tout, on a tourné la vidéo dans mon appartement à la va-vite", explique timidement Pierre Misbare, pas très fier de ce premier jet qui a pourtant récolté 31 000 vues. "Quand on a vu que les gens réagissaient, on a voulu faire quelque chose de plus propre. Alors on s'est tourné vers un studio d'enregistrement pour sortir une version officielle."

Quand on a vu que les gens réagissaient, on a voulu faire quelque chose de plus propre. Alors on s'est tourné vers un studio d'enregistrement pour sortir une version officielle.

Pierre Misbare, co-auteur de la chanson

Les quatre Blendecquois n'ont pas hésité à mettre la main au porte-monnaie pour porter leur projet "et soutenir les sinistrés de la commune". Les chanteurs en herbe, eux-mêmes inondés en novembre 2023, connaissent parfaitement l'enfer que vivent les habitants de Blendecques depuis plusieurs mois, avec trois inondations à répétition les 5 et 11 novembre, puis le 3 janvier dernier.

"C'était important pour nous proposer cette vidéo, pour apporter notre soutien à tous les Blendecquois", affirme le tatoueur avec assurance.

D'autres projets en perspective

"Nous et nos soucis on vit la pluie jour après jour, nuit après nuit. À quoi ça sert de tout refaire pour que derrière, tout tombe par terre. On sait que les planches c'est comme le temps, ça tiendra pas encore longtemps." Des couplets interprétés par Mathieu Duchateau (beau-frère de Pierre Misbare) pendant 3 minutes, accompagnés d'un montage vidéo constitué de photos prises après les différentes inondations.

>>> À lire aussi : "Deux inondations, c'est un cauchemar" : 600 personnes rassemblées à Blendecques pour réclamer des travaux d'urgence

Une initiative largement saluée par les internautes, qui ne devrait pas s'arrêter à ce premier acte. "Il y a deux chansons qui arrivent derrière", assure le tatoueur. "Une reprise et une chanson composée par nous-mêmes qui rendra hommage à tous les sinistrés, pas seulement à ceux de Blendecques." Dans un article La Voix du Nord, Mathieu Duchateau laissait même entendre l'arrivée d'un album entier, qui serait proposé à la vente et dont les bénéfices seraient reversés aux centaines de sinistrés de la commune.