Après la tempête Pierrick, le littoral endommagé à Cayeux-sur-Mer : "on est obligé de tout recommencer, on perd un mois de boulot"

Portion de chemin de planches à refaire, chaussée affaissée, route blanche endommagée… La tempête Pierrick, conjuguée à un épisode de grandes marées, a provoqué des dégâts matériels au coût financier encore indéterminé à Cayeux-sur-Mer (Somme). L'installation des cabines de plage pourrait prendre du retard.

À Cayeux-sur-Mer (Somme), les grandes marées combinées à la tempête Pierrick ont laissé des traces en ce début de semaine. Les vagues ont notamment inondé la plage de la commune, balayant 300 mètres de planches récemment posées.

1 200 mètres de plancher détruits

Ce mercredi 10 avril au matin, au lendemain de l'épisode météorologique, Stéphane Macquet, agent des services techniques de Cayeux-sur-Mer, et ses collègues sont déjà au travail. Ils démontent le chemin de planches endommagé. "On est obligé de tout recommencer. [...] Pour résumer, on perd un mois de boulot", se désole-t-il.

Il faut qu'on retire tout le chemin de planches, prévoir un réapprovisionnement massif en galets pour refaire la digue, le nivelage, et ensuite on pourra déposer à nouveau le chemin de planches, puis les cabines par la suite.

Stéphane Macquet, agent des services techniques de Cayeux-sur-Mer (Somme)

Si ce contretemps ne devrait pas remettre en cause le début de la saison estivale, l'installation des cabines pourrait prendre un peu de retard.

En tout, les agents doivent retirer 150 tonnes de planches et charrier 50 000 tonnes de galets, selon la mairie. Le bilan financier des dégâts n'a pas encore été chiffré par la commune. Tout d'abord, "il va falloir rembourser les 1200 mètres de plancher détruits", indique Jean-Paul Lecomte, maire de Cayeux-sur-Mer. La sous-préfecture et le département pourraient aider. "On va évaluer le montant des dégâts et le donner aux instances pour être financés si possible", ajoute l'élu.  

La route blanche endommagée

Devant le casino de Cayeux, les travaux étaient sur le point de se terminer, il ne manquait que les marquages au sol. La tempête en a décidé autrement. La route s'est affaissée. Pierrick n'a pas non plus épargné la route blanche, le chemin qui relie Cayeux-sur-Mer au Hourdel.

"Sur la partie nord de la route blanche, sur 2-300 mètres, la mer a grignoté tous les galets et une petite partie de l'asphalte", observe Jean-Claude Desanglois, responsable des services techniques de Cayeux-sur-Mer.

La solution ? "L'idée est de recharger les galets au niveau de la digue pour pouvoir la repousser sur une dizaine de mètres. Puis de réparer uniquement la petite partie d'asphalte abîmée, explique-t-il. On sait pertinemment qu'on nourrit la mer parce qu'elle reprend les galets, mais on n'a pas d'autre solution."

Jusqu'à 15 centimètres d'eau dans la ville

Ces multiples dégâts sont un coup dur pour la commune. "Ça va coûter à la collectivité, c'est indéniable. Je vais voir avec les entreprises comment on va gérer ça", appuie Jean-Paul Lecomte, sans plus de précisions.

Cayeux-sur-Mer est une station exposée aux risques climatiques, qui sont de plus en plus forts et rapides.

Jean-Paul Lecomte, maire de Cayeux-sur-Mer (Somme)

"Là, on a vu qu'à 11h30 du matin, il n'y avait pas de problème, et à 13h, il y avait 15 centimètres d'eau dans la ville", souligne l'édile. 

Dans la Somme et dans le Pas-de-Calais, les vagues ont également inondé les plages et franchi les digues à Wimereux, Mers-les-Bains ou encore au Tréport. 

Avec Mathieu Maillet / FTV