Infanticide de Friville-Escarbotin : le père aurait prémédité les faits, selon le parquet

C'est dans ce chemin de la commune d'Yzengremer que le corps d'un homme a été découvert. / © FranceTV/PG.Creignou
C'est dans ce chemin de la commune d'Yzengremer que le corps d'un homme a été découvert. / © FranceTV/PG.Creignou

Le parquet d'Amiens avait confirmé au lendemain de la découverte des corps, le 10 novembre à Yzengremer et Friville-Escarbotin (Somme), le suicide d'un homme et la mort par intoxication au gaz de son fils de 6 ans. Des faits qui étaient prémédités, selon un communiqué diffusé le 15 novembre.

Par J.A. (avec M.L.)

[Mise à jour du 16/11 : selon le parquet d'Amiens, l'homme de 37 ans avait prémédité son suicide et la mort de son fils de six ans. Il "a effectué des recherches sur internet concernant le dispositif technique finalement utilisé au moment des faits", précise un communiqué diffusé ce vendredi 15 novembre par le procureur de la République, Alexandre de Bosschère.

Au début du mois d'octobre, l'homme aurait ainsi commandé deux masques de plongée et l'une des bouteilles d'hélium retrouvées dans la chambre d'hôtel avec le corps de l'enfant. Autre élément trouvé par la gendarmerie de Nancy à son domicile : des écrits destinés à la mère de son fils, dont il était séparé depuis quelques mois. "Deux d’entre eux révèlent qu’il avait pris, avant de quitter la Meurthe et Moselle, la décision de tuer son enfant et de mettre fin à ses jours", précise le parquet.]



Au lendemain de la découverte de leurs cadavres dans la Somme, le parcours du Lorrain de 37 ans et de son fils de 6 ans se dévoile peu à peu ce 11 novembre. A la suite de l'analyse du téléphone portable du trentenaire, le parquet d'Amiens confirme ce jour la thèse du suicide du père de famille, retrouvé pendu la veille à Yzengremer. De nombreux messages, photos, et mails envoyés à ses proches dans la soirée du 9 novembre corroborent cette version.

Son fils, dont le corps sans vie a été découvert quelques heures plus tard dans une chambre d'hôtel de Friville-Escarbotin, pourrait, lui, avoir été victime d'une intoxication. L'autopsie a révélé "une absence de traces de lutte ou de coups, mais une présence de traces évidentes d’intoxication au gaz," rapporte le procureur de la République d'Amiens Alexandre de Bosschère.
 

Pas de lien familial avec la Picardie

Le père et son fils n'auraient a priori aucune attache familiale dans la Somme ou la Seine-Maritime. Domicilié à Belleville près de Nancy en Lorraine, à plus de 400 kilomètres d'Yzengremer, le père aurait peu avoir l'idée de venir en Picardie "à des vacances familiales dans cette région il y a plusieurs années," a poursuivi le magistrat.

Le duo serait arrivé dès le vendredi 8 novembre au soir à l'hôtel de Friville-Escarbotin où fut retrouvé le cadavre du jeune garçon. Les deux nuitées aurait été payées en liquide. Le lendemain, le père et son fils seraient rendus au Tréport (Seine-Maritime) pour déjeuner.
 

Le déroulé des faits


C'est peu après 8 heures ce dimanche matin que les pompiers de la Somme sont appelés. Un corps a été découvert dans un chemin à la sortie de la commune d'Yzengremer dans la Somme. La victime, un homme, s'est pendue à un poteau électrique avec la sangle d'un siège auto pour enfant. Sa voiture est retrouvée au pied du pylône ainsi que le siège-auto.

L'homme, âgé de 37 ans, était activement recherché depuis samedi soir. Il a quitté son domicile de Meurthe-et-Moselle la veille en voiture avec son fils de 6 ans et demi. Il était divorcé de la mère de l'enfant. Celle-ci, ne voyant pas son petit garçon rentrer samedi en fin de journée, fait part de son inquiétude aux gendarmes. Des messages évoquant l'intention du père d'en finir avec sa vie et celle de son fils renforcent les craintes.

 

Les recherches permettent de déterminer que dans la nuit de samedi à dimanche, son téléphone a borné au Tréport puis aux alentours de Fressenneville. On perd sa trace en fin de soirée. Les recherches sont interrompues à 2 heures du matin pour reprendre dimanche à 8 heures.
 

Reconnus par le gardien d'un hôtel


Son corps est découvert à Yzengremer. Mais l'enfant est introuvable. Une lettre est découverte dans le véhicule.

La zone est survolée par un hélicoptère tandis que la brigade cynophile est mobilisée pour retrouver le garçon. Les gendarmes font du porte-à-porte dans les communes voisines d'Yzengremer. Et c'est à Friville-Escarbotin que le gardien d'un hôtel reconnaît l'enfant sur la photo que lui présentent les enquêteurs : le père et son fils ont séjourné dans l'établissement.

 

Des somnifères, de l'alcool et deux bonbonnes d’hélium


Et c'est dans la chambre que les enquêteurs découvrent à 10h45 ce dimanche le corps de l’enfant. Aucune trace de violences physiques n'a été constatée sur la petite victime qui serait décédée vers 23h la veille. Des somnifères, de l'alcool et deux bonbonnes d’hélium, dont l'une reliée à un masque de plongée, ont été retrouvés dans la pièce ainsi qu'une deuxième lettre. Le père a peut-être provoqué une asphyxie, selon le procureur de la république d'Amiens. Une autopsie sera pratiquée pour déterminer les causes précises du décès de l'enfant.
 
C'est dans cet hôtel de Friville-Escarbotin dans la Somme que le corps de l'enfant a été retrouvé. / © FTV/PG.Creignou
C'est dans cet hôtel de Friville-Escarbotin dans la Somme que le corps de l'enfant a été retrouvé. / © FTV/PG.Creignou


Selon le procureur de la république d'Amiens, il ne fait aucun doute que le père, séparé de la mère de l'enfant, soit l'auteur du meurtre de son fils. Une enquête pour assassinat a été ouverte.

En Lorraine, la mère et la grand-mère du petit garçon ont été hospitalisées en état de choc après que le maire de Belleville leur a appris le drame. Un drame que rien ne laissait apparemment présager.

Sur le même sujet

Les + Lus