Coupe du monde de rugby 2023 : certains supporters australiens se rendent sur les champs de bataille de la Somme

La Coupe du monde de rugby 2023 est l’occasion pour la France d’accueillir de nombreux supporters des nations représentées. Parmi eux, les Australiens, dont certains viennent jusque dans la Somme, afin de visiter les champs de bataille et les musées de la Première Guerre mondiale.

"Il y a eu un regain de touristes en septembre", affirme Yves Taté, président et directeur du musée Franco-Australien, à Villers-Bretonneux. Le directeur précise qu’il y a une constante augmentation depuis le début de l’été. "On a des supporters australiens qui viennent pour visiter les champs de bataille."

Il décrit aussi bien "des personnes âgées", "des pères de famille", que "des jeunes", venus soutenir le XV des Wallabies, nom donné à l’équipe australienne en rugby.

Rebecca Doyle, directrice du Centre Sir John Monash, à Villers-Bretonneux, expose les chiffres pour mesurer ces vagues d'Australiens. "Sur les trois premières semaines de septembre 2022, nous avions 1 100 visiteurs. Sur la même période, il y a 3 000 visiteurs en 2023.

Des visites où "on parle rugby"

L'observation est la même pour Dominique Zanardi, gérant du café Le Tommy, à Pozières, autre lieu important pour visiter les champs de bataille. "La semaine dernière, j'ai eu 250 couverts. Ça fait six mois que c'était prévu." Il décrit des groupes de supporters australiens qui se sont organisés avec les guides locaux. Le gérant attend encore des groupes pour le reste du mondial. Il a même reçu des supporters des Springboks, venus se recueillir au mémorial sud-africain de Longueval.

Sylvestre Bresson, guide touristique pour des demandes individuelles, constate également beaucoup de groupes australiens "avec les maillots de rugby. Il y a un effet Coupe du monde." Lors de ces visites, "on parle beaucoup de rugby". Et ce n'est pas fini, puisqu'il doit faire la visite pour deux Aussies le 24 septembre, présents en France pour assister à la finale de la Coupe du monde, le 28 octobre prochain.

De son côté, Thierry Gourlain, président du musée de la Somme, à Albert, indique que ce n’est pas "extravagant". Cependant, certains Australiens qui étaient présents pour l’entrée en lice de leur équipe, face à la Géorgie, le samedi 9 septembre, à Saint-Denis, ont décidé de faire un détour. "Quelques uns, la semaine dernière, nous ont dit : ‘on est là parce qu’on savait qu’il y avait un musée chez vous. On s’est arrêté' ".

Une augmentation constante depuis deux ans

La fréquentation des touristes australiens atteint normalement son pic lors de la période du mois d’avril à celui de juin, correspondant à la commémoration de la bataille de Villers-Bretonneux, à l’occasion de l’Anzac Day, le 25 avril

Au-delà du mondial, le nombre de touristes est à la hausse et retrouve très progressivement son niveau d’avant COVID, remarque le directeur du musée Franco-Australien. Les Australiens représentent 90% des visiteurs du musée. Avant la pandémie, il y avait entre 5 000 et 6 000 visiteurs recensés au mois de juin. Au 30 juin 2022, il y en avait 1 800 et fin juin 2023, 2 500 touristes étaient comptabilisés.

Yves Taté espère voir ce regain dans son musée jusqu'à la fin du mondial, à la fin du mois d'octobre, avant de "compter sur les Jeux Olympiques, et la reprise des groupes scolaires australiens, à partir de septembre 2024". Rebecca Doyle, directrice du Centre Sir John Monash, affirme qu'il y a 15 000 Australiens actuellement en France, pour la Coupe du monde de rugby. "Entre les matches, on voit les bus remplis de supporters arrivés". 

Par ailleurs, le Centre Sir John Monash présente une exposition jusqu'au 5 novembre 2023, sur l'histoire du rugby pendant la Première guerre Mondiale. Même les visites historiques ont donc un goût de rugby, actuellement dans la Somme.