Emplois à Albert-Méaulte : le sénateur de la Somme Stéphane Demilly demande l'intervention d'Emmanuel Macron

Sénateur de la Somme, Stéphane Demilly sollicite l'aide du président de la République Emmanuel Macron dans une lettre écrite le 1er décembre. L'ancien maire d'Albert, dans la Somme Somme, attire l'attention sur les emplois, touché de plein fouet par la crise sanitaire de la Covid-19.
Stéphane Demilly à l'Assemblée nationale le 26 mai 2020.
Stéphane Demilly à l'Assemblée nationale le 26 mai 2020. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / Maxppp
À l'est d'Amiens, les emplois gravitant autour de l'aérodrome d'Albert-Méaulte dans la Somme sont menacés par la crise sanitaire liée à la Covid-19. Préoccupé, le sénateur (UDI) de la Somme Stéphane Demilly a écrit un courrier au chef de l'État ce 1er décembre. Dans sa lettre, l'ancien maire d'Albert (1989-2017) demande d'intervenir pour aider le bassin d'emploi samarien qu'il juge "en danger de mort". "Ce courrier n’est pas un appel à la compassion ou aux apitoiements, prévient l'élu. C’est un appel au sursaut collectif."

Spécialiste dans la production de pointes avant d'avions, l'unité industrielle Stelia aerospace d'Albert génère près de 3000 emplois dans le Pays du Coquelicot. Frappée comme tous les acteurs de l'aéronautique par "un séisme d’une amplitude inimaginable", l'entreprise accuse "une perte de chiffre d'affaires d'un milliard d'euros en 2020" qui pourrait se poursuivre en 2021, estime Stéphane Demilly. Sa mauvaise santé économique pourrait entraîner la suppression d'un millier d'emplois, au sein du donneur d'ordre mais aussi chez les entreprises locales qui ont accompagné le développement du site.
 

Les décisions ne se sont pas fait attendre chez Stelia Aerospace : fin des contrats d’intérim, interruption des contrats de sous-traitance in situ, non recrutement des jeunes de la promotion concernée du lycée aéronautique, lancement d’un plan social pour l'emploi (PSE) sur 290 postes et réinternalisation de certaines activités jusqu’alors sous-traitées.

Stéphane Demilly, sénateur de la Somme

Les préconisations

Pour sauvegarder le dynamisme du secteur d'Amiens, Stéphane Demilly sollicite "un concours puissant et sans faille de l’État." Il demande "un accompagnement exceptionnel de l’État dans le temps" afin de garder les sous-traitants et ne pas délocaliser l'activité vers des pays "low-cost" dont les secteurs aéronautiques profiteront davantage du redémarrage de l'aéronautique après l'épidémie.
 
Il propose aussi au président de soutenir des investissements pour "la décarbonation du transport aérien vers le Pays du Coquelicot", pour la création d'une deux-fois-deux-voies entre Amiens et Albert et accompagner une diversification industrielle du secteur, notamment dans les drones et les hydroliennes.

"Nous ne sommes pas dans le déni de cette terrible réalité mortifère mais nous ne laisserons pas notre bassin de vie s’effondrer, notre histoire industrielle s’évaporer et notre avenir nous échapper," signe Stéphane Demilly, qui invite le chef de l'État à venir prochainement sur place pour évaluer la situation
 
Voyage avec la pointe avant de l'A350 (2018)

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie