Énergies renouvelables : le département de la Somme fait le pari de l'hydroélectricité

D’ici l'année 2026, trois barrages, déjà existants le long du fleuve Somme, seront équipés pour produire de l'électricité. L'objectif : accélérer le développement des énergies renouvelables sur le département.

Long de 245 kilomètres, le fleuve Somme est une source d'énergie quasi inépuisable. C'est la raison pour laquelle, trois barrages déjà existants le long du fleuve - à Amiens, Pont-Rémy et à Etinehem-Méricourt – vont être équipés afin de pouvoir produire de l’électricité.

"On va faire tourner une turbine, comme une hélice de bateau, qui va faire tourner un alternateur et puis ça va produire l’électricité qui sera injectée dans le réseau public local", explique Olivier Roussel, chargé de développement énergie renouvelable à la SEMénergies, l’opérateur chargé d’exploiter ces futures installations hydroélectriques.

La production hydroélectrique de ces trois projets est estimée à 1,33 GWh par an. Ainsi, grâce à la force de l’eau, 400 ménages samariens pourront être alimentés en électricité, hors chauffage.

Accélérer le développement des énergies renouvelables sur le département

Le département de la Somme, propriétaire de ces futures installations le long de la Somme, entend développer la petite hydroélectricité sur le territoire, afin d’accélérer le développement des énergies renouvelables.

"C’est l’électricité renouvelable qui produit 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, même au moment où on a le plus besoin d’électricité. Ce qui n’est pas toujours le cas des énergies renouvelables", explique Jean-Louis Denis, chargé de développement énergie renouvelable Somme Énergies.

C’est ce qu’on attend aujourd’hui, de trouver de nouvelles solutions pour produire de l’énergie verte.

Franck Beauvarlet, vice-président du conseil départemental de la Somme

L'énergie hydraulique n'est pas une nouveauté. Au XIXᵉ siècle, la force de l'eau était déjà utilisée pour produire de l'électricité. Mais elle a depuis été un peu délaissée, au profit du solaire et de l’éolien.

"On utilise le soleil pour le photovoltaïque, l’eau pour l’hydroélectricité et le vent pour l’éolien. Mais ce qui est sûr ici, c'est qu’il n’y aura pas de nuisances sonores ni visuelles et c'est ce qui est intéressant", poursuit Franck Beauvarlet, vice-président du conseil départemental de la Somme.

Plus de 3 millions d’euros investis

Ces trois projets sont sur les rails depuis 2021. En 2023, le conseil départemental de la Somme a investi plus 3, 2 millions d'euros pour relancer cette énergie, aujourd'hui délaissée. La mise en production devrait débuter à l’horizon 2026. Mais avant ça, des études d'impact doivent encore être menées.

En France, la petite hydroélectricité compte pour 10 % de la production hydroélectrique globale. L’hydroélectricité est la deuxième source de production électrique derrière le nucléaire et la première source d’électricité renouvelable en France.

Avec Léna Malval / FTV