EXCLUSIVITÉ - Événement rare, deux phoques gris sont nés en baie de Somme

© Benoît Henrion
© Benoît Henrion

Un blanchon, c'est le joli cadeau qu'a offert la baie de Somme sur la plage de Quend pour les fêtes de fin d'année. Ce jeune phoque gris a été découvert par un couple de vacanciers le 28 décembre dernier. Sept naissances seulement ont été recensées en 15 ans sur la côte picarde.

Par Camille Di Crescenzo

Un blanchon est un bébé phoque gris. Contrairement au veau marin, le phoque gris naît avec un pelage blanc qu'il garde jusqu'à son sevrage.
Autre particularité, les naissances du phoque gris se font en hiver alors que la femelle du veau marin met bas en été. 

Un blanchon sur la plage de Quend en baie de Somme est un événement exceptionnel. Contrairement à son cousin le veau marin qui se reproduit abondamment, seules 7 mises-bas de phoque gris ont été observées sur la côte picarde.

Ce bébé phoque est né le 28 décembre dernier. Il a été découvert par un couple de vacanciers de la région parisienne : "C’était inattendu pour nos vacances. Ça a bouleversé nos vacances raconte Hervé et depuis on fait la surveillance. On a pris le créneau du matin. On arrive à la nuit. Je me lève à peu près à mes horaires habituels de travail. Ça n’a pas changé de toutes les vacances et on revient le soir jusqu’à la nuit tombée".  
 

Surveillance rapprochée


Dès la naissance, alors que le veau marin va suivre sa mère dans l'eau, le blanchon, lui, restera sur le sable et sera livré à lui-même pendant de longues heures, la maman ne venant le nourrir qu'à chaque marée haute. "Il est allaité pendant 27 jours. À partir de 27 jours, il est sevré et il peut se débrouiller tout seul" précise Simon Thiery, coordinateur du suivi des populations de phoques pour Picardie nature, "Le plus grand danger pour lui c’est que sa mère ne vienne pas. Après ça peut venir de différents facteurs. ça peut être la météo, la présence humaine, ça peut être beaucoup de choses. On est là pour éliminer un maximum le facteur humain pour que ça se passe au mieux pour lui" . 
Avec l'aide des gardes de la réserve naturelle, pendant trois semaines, les bénévoles de Picardie nature se sont relayés pour surveiller le blanchon. Une mission de surveillance mais aussi pédagogique. Certaines personnes croyant bien faire ont voulu porter le jeune phoque jusqu'au centre de soins. Or, non seulement il faut le laisser se reposer mais il faut surtout ne pas l'approcher. S'il n'est pas seul, sa mère ne viendra pas l'allaiter.
 

Trois semaines et puis s'en va


Le blanchon a été sevré il y a plus d'une semaine. Il est donc parti seul en mer après avoir pris 25 kg. "Mais il va vite maigrir précise Patrick Thiery, président de Picardie nature, la coupure est brutale et il doit apprendre à pêcher lui même. Au bout d'un an, seuls 40% des jeunes survivent".

Au même moment, une seconde naissance a également retenu l'attention des bénévoles de l'association. Grâce à une surveillance photographique quotidienne, ils tentent de dresser la généalogie de la colonie de phoques.
D'après leurs observations, ils auraient identifié la mère du premier blanchon comme étant une femelle prénommée "Fauvette". Ce serait sa première gestation. Cette femelle pourrait même être née en 2014 d'une femelle nommée "Vanesse", mère du second blanchon.
 

La baie de Somme, deuxième colonie reproductrice de phoques gris de France


Pour la première année, Picardie nature compte donc deux naissances dont une par une femelle qui a mis bas pour la cinquième année consécutive. Ces éléments seraient les prémices de la deuxième colonie reproductrice de phoques gris de France. La première étant située en Bretagne. 
L'association s'attend à une stabilisation de la colonie. De fait, Picardie nature va être dans l'obligation de mettre en place une surveillance hivernale comme elle le fait en été.
 



 

Sur le même sujet

Les gens des Hauts : Tourcoing, la ville aux mille visages

Les + Lus