La France dans le viseur de Bruxelles pour le non-respect de la directive Oiseaux

Chasseur en Baie de Somme et oie cendrée / © Benoît Henrion
Chasseur en Baie de Somme et oie cendrée / © Benoît Henrion

En Picardie, la chasse aux gibiers d'eau est fortement implantée. La France autorise depuis quelques années les chasseurs à prélever des oies sauvages au-delà de la date de fermeture fixée au 31 janvier, conformément à une directive européenne de protection des oiseaux migrateurs.

Par Halima Najibi

En baie de Somme, les adeptes de la chasse aux oiseaux migrateurs sont nombreux. Chaque année environ 12 000 chasseurs sortent le fusil dès que les canards, corcils, bécassines et oies cendrées survolent le ciel picard. Et conformément à une directive européenne, la chasse aux oies grises doit se terminer le 31 janvier à minuit.

Seulement voilà chaque année, les dates de fermetures sont contestées depuis 2001. Entre la Ligue de protection des oiseaux et les chasseurs commence un bras de fer, les premiers demandant le respect de la directive européenne, les seconds réclamant une dérogation pour chasser jusque fin février.

Et dans cet affrontement entre les deux parties, la Commission européenne a jeté le 26 juillet dernier un pavé dans la mare. Elle a donné un avertissement à la France et a déclaré que les pratiques actuellement autorisées sont contraires au droit européen. 


Infraction à la directive Oiseaux

En 2019 comme l'avait fait auparavent les autres gouvernements, la chasse à l'oie cendrée avait été prolongée alors que cette espèce avait déjà commencé sa migration vers ses sites de reproduction. Or, comme vient de le rappeler la Commission européenne, la directive Oiseaux interdit explicitement la chasse des oiseaux migrateurs. Le Conseil d'Etat lui-même a souvent rappelé la nécessité de fermer la chasse aux oies sauvages au 31 janvier pour permettre leur remontée vers le nord. 

Les chasseurs réclament la prolongation de la chasse aux oies au nom de la protection des cultures agricoles. Un argumentaire balayé par la LPO qui se réjouit de cette mise en demeure de Bruxelles contre la France pour le non-respect de la directive européenne.
 


 

Sur le même sujet

Les + Lus