• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

INSOLITE : deux pygargues hivernent au Parc du Marquenterre

© Armelle Guillo/Parc du Marquenterre
© Armelle Guillo/Parc du Marquenterre

Photographes animaliers à vos appareils ! Le pygargue à queue blanche est de retour en Baie de Somme. Deux jeunes specimens hivernent dans le Parc du Marquenterre. La présence de cet espèce de gros aigle est encore suffisamment rare dans notre contrée pour être signalée.

Par Camille Di Crescenzo

Deux jeunes pygargues sont arrivés au Parc du Marquenterre, en Baie de Somme cet hiver. Les juvéniles, nés en 2018, devraient repartir vers le Nord fin février, début mars.
"C'est la preuve que la nourriture du Parc est de qualité !" se réjouit Philippe Caruette. "Le pygargue se nourrit dans des grands espaces avec une grosse densité d'oiseaux poursuit l'ornithologue comme il est lent en capture, il arrive à en attraper dans un gros rassemblement". 
 

Un oiseau devenu rare


Le pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) est un aigle très corpulent et de grande taille. Sa silhouette massive est caractérisée par une queue courte et blanche chez les adultes. La tête est large, le bec très massif, le cou et les pattes sont jaunes. Il peut atteindre 2m à 2m45 d'envergure pour un poids de 7 kilos chez les femelles adultes.
Ce géant est lié aux milieux aquatiques, soit à l'intérieur des terres, soit au bord de mer.

Vus très régulièrement en Baie de Somme au XIXe siècle, le pygargue à queue blanche a disparu dans les années 60. Il niche de nouveau en France aux étangs de Lindre en Lorraine avec un couple depuis 2011. 
4000 couples sont recensés en Europe, répartis notamment en Norvège, en Russie, en Pologne, en Allemagne et en Écosse où il a été réintroduit avec des juvéniles écossais. 
 

Retour au Parc du Marquenterre


Depuis 1973, six observations de ce rapace ont été effectués sur le Parc du Marquenterre. La dernière datait d'Août 2015. 
Dimanche 28 octobre 2018, un juvénile est observé et photographié en vol venant de la baie et montant très haut au-dessus du Parc. Début décembre, il chasse en permanence et est aperçu en train de capturer une oie cendrée en plein vol. 

L'observation du pyrargue est suffisamment rare et spectaculaire lorsqu'il chasse pour attirer les photographes animaliers au Parc du Marquenterre. Philippe Caruette conseille de venir à partir de 10h. Avec un peu de chance, les amateurs auront la chance de l'observer jusque vers 13h. Inutile de venir plus tôt ou plus tard, le pyrargue à queue blanche reste discret même si ce gros dormeur n'est jamais loin de son casse-croûte.
 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus