• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Mers-les-Bains : ils sont toujours nombreux à braver le froid pour la première baignade de l'année

Ne pas réfléchir : la solution donnée par certains participants pour pénétrer dans une eau à 9°C. / © France 3 Picardie / A. Barège
Ne pas réfléchir : la solution donnée par certains participants pour pénétrer dans une eau à 9°C. / © France 3 Picardie / A. Barège

Le traditionnel bain du 1er janvier à Mers-les-Bains, dans la Somme, a réuni de nombreux baigneurs et spectateurs, malgré une eau dont la température avoisine toujours les 9 °C.
 

Par EM et ML

On commence l'année comme on l'a terminée : avec un bain dans la Manche.  Après le Tréport lundi, Mers-les-Bains, dans la Somme, a accueilli ce mardi midi les baigneurs du 1er janvier – une soixantaine de personnes venues costumées pour une bonne partie d’entre elles.
 

Entre 2018 et 2019, l'eau ne s'est toujours pas réchauffée. Elle pointe toujours à 9 degrés, comme l’air ambiant. « Elle est très froide, mais il ne faut pas réfléchir, il faut rentrer direct », sourit une participante. « La combinaison Superman, pour le coup, elle ne sert à rien, constate un autre baigneur. On a quand même froid. Ça fait du bien, pour redémarrer l’année, c’est bon ! »
 
Mers-les-Bains : toujours nombreux à braver le froid pour la première baignade de l'année
Reportage d'E. Montcho, A. Barège, F. Desgardins. Avec Christophe Riche , directeur d'un hôtel-restaurant.

Plusieurs centaines personnes sont venues admirer le spectacle, bien au chaud depuis la plage de galets. Certains s’étaient aussi déguisés pour soutenir les courageux. « Si elle n’est pas à 25, je n’y vais pas, tranche un spectateur, habillé en volaille. Je suis une poule mouillée, j’assume. »
 

Une solution pour éviter la congélation : traverser la rue et pénétrer pans le seul établissement de l'esplanade ouvert en ce jour de l'an. « Notre métier, c’est d’accueillir les personnes qui viennent se retrouver en famille ou se restaurer, assure Christophe Riche, directeur d'un hôtel-restaurant. Je ne ferme jamais le premier janvier, c’est important. » Une boisson chaude était également offerte aux participants. Une façon comme une autre de motiver les récalcitrants.
 

Sur le même sujet

Loïc Pen, chef du service des urgences de Creil et Jean-Claude Villemain, maire PS de Creil

Les + Lus