Trafic de cocaïne via le port d'Anvers : le Brésil dans le viseur des autorités belges

Destruction de 26 tonnes de drogue, fin septembre 2019 au Panama (illustration). / © MAXPPP
Destruction de 26 tonnes de drogue, fin septembre 2019 au Panama (illustration). / © MAXPPP

La cocaïne saisie dans le port d'Anvers (Belgique), principale porte d'entrée en Europe pour cette drogue, provient de plus en plus du Brésil, devenu une méga plateforme de transit, selon des données publiées jeudi par les douanes belges.

Par AFP

"Le Brésil et l'Equateur sont en ce moment les deux plus grosses plateformes de transit pour le trafic de cocaïne en direction de notre pays", précise un communiqué des douanes.

Et de ces deux pays, le Brésil, "grand comme un continent", est celui qui a le plus de connexions maritimes avec l'Union européenne, avec un nombre de gangs en activité rendant le trafic difficile à contrôler, est-il souligné. Entre le 1er janvier et le 25 septembre 2019, quelque 40,7 tonnes de cocaïne ont été saisies dans le port d'Anvers, contre 50,6 tonnes sur l'ensemble de l'année 2018 (et 41,2 t en 2017).


Conteneurs scannés au départ


Cette progression des interceptions s'explique en partie par le fait que les pays expéditeurs "sont de plus en plus proactifs dans le contrôle", a déclaré Florence Angelici, porte-parole des douanes. Ainsi des conteneurs suspects scannés au départ peuvent être contrôlés à l'arrivée grâce à l'échange d'informations, a-t-elle expliqué.

De manière générale, selon les douanes belges, le trafic de cocaïne s'internationalise, les pays voisins de la Colombie --qui reste le premier producteur-- prenant de plus en plus le relais pour l'exportation. La proportion dans le total saisi des expéditions venant de Colombie chute, passant de 50% en 2018 à 13% en 2019, ajoute le communiqué.

Et cette année 16% de la cocaïne saisie en Belgique a été expédiée depuis le Costa Rica. Quant aux saisies venant d'Equateur elles ont plus que doublé en proportion en l'espace de deux ans, dépassant les 20% du total, juste derrière le Brésil (26%).

"En Europe nous faisons tout ce que nous pouvons pour renforcer la coopération et l'échange d'informations avec le Brésil", soulignent les douanes belges. Un protocole d'accord en ce sens a été signé cet été avec l'administration des douanes brésiliennes.


Le trafic se répand en Amérique du Sud


En Amérique latine d'autres pays tels l'Argentine, le Suriname, le Pérou ou le Panama pourraient être concernés dans un futur proche par l'extension du trafic, indique-t-on encore à Bruxelles.

Début août une tonne de cocaïne avait été découverte chez des narcotrafiquants uruguayens, dans une station balnéaire à l'est de Montevideo.

L'Uruguay pourrait être "de plus en plus utilisé" comme point d'embarquement pour les drogues destinées à l'Europe, avait commenté le site indépendant d'analyse de la criminalité Insight Crime.

 

Sur le même sujet

Les + Lus