L'Université du Littoral va distribuer gratuitement des protections périodiques aux étudiantes

80 000 tampons et 15 000 serviettes hygiéniques distribués gratuitement ce mardi 10 mardi sur les sites de l'université du littoral / © Corinne Sala
80 000 tampons et 15 000 serviettes hygiéniques distribués gratuitement ce mardi 10 mardi sur les sites de l'université du littoral / © Corinne Sala

Pour prolonger la journée internationale de la femme, l'université du Littoral Côte d'Opale, l'ULCO va distribuer gratuitement mardi 10 mars des protections hygiéniques afin de lutter contre la précarité menstruelle. 80 000 tampons et 15 000 serviettes répartis sur les 3 sites du campus.

Par Corinne Sala

Sur les trois sites de l'ULCO, à Dunkerque, Calais, Boulogne-sur-Mer, près de 10 000 étudiants. Sur ces trois sites, mardi 10 mars entre midi et 14 heures, les jeunes femmes pourront se servir gratuitement dans les Maisons des Etudiants en tampons et serviettes périodiques.

L'initiative revient à Audrey Smoch-Liere, chargée de mission égalité et lutte contre le harcèlement sexuel : "J'ai tiré bénéfice de ce qu'avait fait l'an passé, Sandrine Rousseau, vice-présidente chargée de la vie étudiante et de l'égalité femmes-hommes à l'université de Lille. J'ai pris contact avec l'association parisienne "Dons Solidaires" qui fait un travail formidable. Elle récupère des invendus et nous avons pu acheter ce stock et le proposer gratuitement".
 

"Faute de protections, certaines étudiantes ne viennent pas en cours"
 


Et la précarité chez les étudiants de l'ULCO comme ailleurs, dépasse largement le cadre des flux mensuels : "Les étudiants ont de plus en plus de mal financièrement et outre cette initiative j'ai toujours dans mon tiroir des serviettes pour dépanner les jeunes femmes dans le besoin. Et le médecin fait pareil", explique Elise Delacre, infirmière à l'université.  

"Avoir accès à une protection est un droit" explique Audrey Smoch-Liere chargée de mission
"Avoir accès à une protection est un droit" explique Audrey Smoch-Liere chargée de mission


Alicia, étudiante en 3ème année d'Histoire à Boulogne constate également les difficultés croissantes autour d'elle : "C'est une bonne idée de proposer cette distribution. Je n'irai pas car je préfère laisser ma place à celles qui en ont plus besoin que moi. Certaines ont honte de ne pouvoir se payer ces protections. Moi je ne suis pas boursière mais la précarité existe".

Et pour Audrey Smoch-Liere qui est également professeur de lettres modernes, l'annonce de cette initiative a été accueillie chaleureusement : "Lorsque j'en ai parlé en cours, certaines de mes étudiantes ont applaudi. Des jeunes filles sont obligées de mettre du papier toilette car elles n'ont pas les moyens de s'acheter des serviettes".  

Distribution mardi entre 12h00 et 14h00 dans les Maisons de l'Etudiant / © Corinne Sala
Distribution mardi entre 12h00 et 14h00 dans les Maisons de l'Etudiant / © Corinne Sala


L'Ecosse vient d'adopter la gratuité des serviettes pour toutes. "Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir mais cette une première étape et si d'autres établissements scolaires souhaitent se joindre à nous, je suis disponible pour en discuter. Les mécénats sont également les bienvenus", propose Audrey Smoch-Liere, elle qui est engagée également contre les violences sexuelles et le racisme. 

 

  • 2015 : après la mobilisation des associations féministes, la taxe tampon passe de 20 % à 5,5 %, comme aux Pays-Bas, en Irlande et en Espagne.
  • 2017 : certaines mutuelles étudiantes remboursent une partie des protections de leurs adhérentes
  • 2020 : en Ecosse, le Parlement vote la gratuité des protections périodiques pour les femmes

Sur le même sujet

Les + Lus