Variant sud-africain, fermeture de classes... quelle situation dans les établissements scolaires du Nord Pas-de-Calais ?

Plusieurs collèges fermés suite à la présence du variant britannique, deux cas du variant sud-africain détectés dans deux établissements distincts et 175 classes fermées contre 53 la semaine dernière... On fait le point sur la situation sanitaire qui se dégrade dans l'académie de Lille.

Dans le Nord et le Pas-de-Calais, 175 classes sont actuellement fermées suite à la détection de cas de Covid-19.
Dans le Nord et le Pas-de-Calais, 175 classes sont actuellement fermées suite à la détection de cas de Covid-19. © IP3 PRESS/MAXPPP

Au lendemain de la fermeture du collège privé du Sacré-Coeur d’Halluin pour au moins huit jours suite à la détection du variant britannique chez une élève de quatrième, deux autres établissements privés du Nord ont à leur tour fermé leurs portes, pour les mêmes raisons. 

En parallèle, deux premiers cas du variant sud-africain ont été détectés dans différents établissements du Nord et du Pas-de-Calais, une première dans l'académie de Lille. À la fin de la semaine dernière,  53 classes étaient fermées contre plus du triple ce mercredi 10 février. On fait le point.

Trois collèges privés fermés dans le Nord après la détection du variant britannique

Dans une communication interne en date du mardi 9 février, la chef d’établissement du collège privé de l'Immaculée-Conception de Bailleul rapporte qu’un "élève de l’établissement a été détecté positif au variant anglais du Covid-19". Comme le nouveau protocole sanitaire en date du 1er février l’exige, tous les élèves de la classe ont été priés de rester chez eux, étant considérés comme cas contact.

"Il a été décidé par mesure de prudence et en accord avec la direction diocésaine de suspendre l’accueil des élèves et des personnels".

Extrait du communiqué de la chef d'établissement du collège de l'Immaculée-Conception à Bailleul

Dans le même temps, une autre élève, scolarisée en classe de troisième à l’institution Notre-Dame-de-Lourdes de Steenvoorde, a également été testée positive au variant britannique. Les deux collèges privés ayant plusieurs enseignants communs à ces deux établissements, "il a été décidé par mesure de prudence et en accord avec la direction diocésaine de suspendre l’accueil des élèves et des personnels", et ce jusqu’au lundi 15 février. Ainsi, depuis ce mercredi 10 février, les collégiens des deux établissements de Flandre intérieure doivent suivre les cours en distanciel. Soit plus de 800 élèves.

En tout, six établissements sont actuellement fermés dans l'académie de Lille. Cinq se situent dans le Nord : les deux établissements privés précedemment cités, le collège du Sacré-Cœur situé à Halluin fermé après un cas de variant anglais et deux écoles primaires à Wazier et Dunkerque. Dans le Pas-de-Calais, le collège Sainte-Odile situé à Courset est également fermé sur décision de la direction, alors que les cas se multipliaient à l'internat.

3 fois plus de classes fermées en 5 jours dans l'académie de Lille

Dans les établissements scolaires du Nord et du Pas-de-Calais, la situation sanitaire s’est dégradée par rapport à la semaine précédente. Ainsi, alors qu'on comptait 53 classes fermées vendredi 5 février dans l'académie, on en dénombre 175 ce mercredi 10 février, soit plus du triple.

Une augmentation qui peut s’expliquer par le nouveau protocole sanitaire en date du 1er février, obligeant notamment une classe de maternelle à fermer si un cas de Covid-19 est détecté parmi les enfants. Auparavant, il en fallait trois.

Dans le Pas-de-Calais par exemple, 28 classes du premier degré (comprenant les écoles maternelles et élémentaires) sont actuellement fermées suite de la découverte d’au moins un cas de Covid, contre 16 dans le second degré (collèges et lycées).

Sur les 131 classes fermées dans le Nord, 70 font partie d'établissements publics : 49 se situent dans le premier degré, contre à peine 11 dans le second degré.

Plusieurs cas positifs au variant sud-africain dans l'académie, une première

Ce mardi 9 février, un élève du lycée professionnel Fernand Degrugillier à Auchel a été testé positif au variant sud-africain du Covid-19. C'est la première fois que ce variant, connu pour être plus contagieux, est détecté dans un établissement scolaire de l'académie de Lille. La classe a été fermée. 

Dans le même temps, un autre cas s'est avéré positif au variant sud-africain dans le Nord : il s'agit d'une collégienne scolarisée à Anatole France, dans la commune de Sin-le-Noble. Un second cas du variant sud-africain avait dans un premier temps été découvert dans le département, à l'école maternelle Renan Buisson d'Armentières, mardi 9 février. Après plusieurs analyses complémentaires, l'académie de Lille nous indique ce mercredi soir que la contamination de cet élève n'est pas imputable à ce variant.

Si un élève est testé positif au variant sud-africain ou est cas contact d'un membre de sa famille testé positif à ce même variant, sa classe est fermée. Par la suite, élèves et professeurs doivent tous être testés.
Si un élève est testé positif au variant sud-africain ou est cas contact d'un membre de sa famille testé positif à ce même variant, sa classe est fermée. Par la suite, élèves et professeurs doivent tous être testés. © France 3

 

Quelles sont les règles lorsque le variant sur-africain ou brésilien est détecté dans un établissement scolaire ?

Au-delà du nouveau protocole sanitaire renforcé mis en place le 1er février, la direction générale de la santé (DGS) a publié dans une noté le 7 février dernier de nouvelles mesures à respecter en cas de détection du variant sud-africain ou brésilien, connus pour être plus contagieux.

Concernant les établissements scolaires, le ministère de l'Education Nationale indique ainsi désormais que "si un enfant a été contaminé par l'un de ces deux variants ou s'il est cas contact d'un parent infecté par l'un de ces deux variants, la classe sera fermée".

Une différence avec le variant britannique donc, puisque si un élève est considéré comme cas contact d’un parent infecté par le variant britannique, cela n’entraine pas automatiquement la fermeture de sa classe.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société covid-19 santé