• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Vents violents : Xavier Bertrand et la région étrillent la SNCF sur sa gestion des perturbations

© Franck Dhersin / Twitter
© Franck Dhersin / Twitter

Même s'ils saluent le travail des agents sur le terrain, c'est surtout l'organisation du groupe et sa communication qui sont visés...

Par Quentin Vasseur

La SNCF a-t-elle mal géré les perturbations liées aux vents violents ce week-end et lundi matin ? La vice-président des Hauts-de-France délégué aux Transports avait eu des mots forts, sur Twitter, depuis dimanche après l'interruption du trafic dû au nombre d'arbres tombés sur les voies.
 

Mais une autre voix s'est associée à la sienne, ce mardi, avec la lettre du président de la région Xavier Bertrand adressée au président de la SNCF Guillaume Pépy

Son courrier porte notamment sur les manquements du géant ferroviaire en matière d'information. "Nous constatons une nouvelle fois des dysfonctionnements majeurs concernant l'information fournie lors des situations perturbées aux usagers" démarre Xavier Bertrand, qui précise avoir été informé de l'interruption du trafic par la presse.
 


 

Affichage défaillant et vente de billets erronés

Il pointe également plusieurs cas précis, comme en gare de Saint-Quentin où "alors que certains TER étaient annoncés comme supprimés, les bornes libre-service en gare ainsi que l'application Oui.sncf continuaient à vendre des billets pour les destinations de Lille, Amiens, Compiègne ou Paris"
 

"L'affichage dynamique et les annonces sonores en gare ont été défaillants, puisque de nombreux trains étaient affdichés 'à l'heure' alors même qe les TER avaient ét s upprimés sur ces lignes" renchérit-il plus loin.

Franck Dhersin, joint par téléphone, ne dit pas autre chose. Alors que les agents de la SNCF n'ont pas démérité pour débarrasser les voies, le manque de communication a été pour lui l'un des problèmes majeurs de ces intempéries.

 

Ce que les gens veulent, c'est être informés, de pouvoir s'organiser


"Les gens comprennent qu'il peut y avoir une tempête exceptionnelle et que donc il y a des dégâts. Ça arrive partout et forcément ça impacte les trains. Mais ce que les gens veulent, c'est être informés, de pouvoir s'organiser" insiste-t-il 
 
ASKIP : la SNCF et la tempête de trop...

"Je tourne beaucoup en Europe en ce moment pour voir comment les autres systèmes fonctionnent" ajoute le "monsieur transports" de la Région. "C'est pas toujours excellent mais en matière de communication, on fait partie de ceux qui ne sont pas bons. Les gens prennent le train le matin, ils attendent un train long, c'est un train court qui arrive et ils ne le savent pas." Et d'ajouter : "Les autres pays savent le fair,e on devrait pouvoir le faire aussi ! C'est une question de volonté et d'organisation."

 

Vers un plan d'élagage ?


Dans son courrier, Xavier Bertrand pointe des "manquements caractérisés concerant l'entretien (élagage, débroussaillage...) effectués aux abords des voies du réseaux de lignes classiques", ce qui n'est pas le cas sur les lignes à grande vitesse. Au point de s'interroger : "Y aurait-il des trains et des voyageurs de première et de seconde classe au regard du groupe SNCF ?".

Franck Dhersin indique d'ailleurs qu'un projet de plan d'élagage est en cours d'élaboration. "Organisons nous, faisons un plan d'élagage général des arbres le long des voies de chemin de fer du TER de manière à ce que d'ici un an, un an et demi, tout soit réglé et qu'un arbre qui tombe devienne une exception ! Là, on a eu plus d'une centaine d'arbres qui sont tombés ! Or si c'était bien entretenu, si c'était bien organisé, si c'était réfléchi, on aurait pas ce genre de problèmes !"
 

On supprimerait 90% des aléas si la SNCF se mettait à beaucoup mieux entretenir les voies


Encore une fois, il prend exemple sur l'Allemagne la semaine dernière, en Bavière où il y a beaucoup d'arbres et de forêts. "Je peux vous dire que le long des voies de chemin de fer, il y a pas un arbre qui se situe à moins de 2,50 mètres, 3 mètres. On supprimerait 90% des aléas si la SNCF se mettait à beaucoup mieux entretenir les voies.
 

Sur le même sujet

Retour sur le 18 mai et l'au revoir d'Anne-Sophie Roquette au LOSC

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer