VIDEO. Ma vie de sportif confiné : Marc-Antoine Olivier, nageur en eau libre

© FRANCE 3
© FRANCE 3

EPISODE 6. France 3 Nord Pas-de-Calais donne la parole aux champions de la région contraints, eux aussi, de mettre leur activité et leur passion entre parenthèses, en raison des mesures de confinement liées au Covid-19. Ce mercredi, c'est au tour du nageur en eau libre Marc-Antoine Olivier.

Par Céline Rousseaux

« Je suis parti de chez moi, j’avais 15 ans… pour Rouen, Narbonne, Montpellier…  j’en ai aujourd’hui 23 …. Je remonte dans le Nord une à deux fois par an alors là, je profite d’être chez mes parents ! Retrouvez ma chambre d’ado, prendre des repas en famille, regardez un film tous ensemble… » Voilà les bonheurs simples du moment auxquels goûte pleinement Marc-Antoine Olivier, double champion du monde en eau libre, médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Rio il y a 4 ans...

A Maresches, dans le Valenciennois, le nageur s’est mis dans une bulle, avec son amie, également membre de l’ équipe de France, Océane Cassignol . «On ne regarde que très peu les infos, on ne veut pas tourner en boucle sur le virus ». Le fait d’être en pleine campagne avec le chant des oiseaux en arrière-fond leur permet cette sérénité, ils peuvent courir autour de la maison, faire du vélo, pas de risque de croiser quelqu’un dans les chemins agricoles.
Ma vie de sportif confiné : Marc-Antoine Olivier, nageur en eau libre


"Pincement au coeur"


L’annonce toute fraîche du report des JO qui devait démarrer fin juillet va changer un peu la donne… Ce confinement sera finalement considéré comme « les grandes vacances » que le champion prend d’habitude à la fin de la saison d’été, après les grands-rendez-vous mondiaux…. Pas de Tokyo, plus d’objectif à court terme « mais c’était la meilleure décision qui a été prise, pour assurer une équité entre tous les athlètes du monde entier… »

Pas trop déçu ? «  Forcément, c’est un pincement au cœur pour moi, on avait hâte de refaire cette compétition-là, les JO c’est quelque chose d’énorme, j’ai eu la chance de les vivre à Rio il y a 4 ans, j’avais envie de revivre tout cela… maintenant, il y a un an pour retravailler encore plus, devenir encore plus fort et aller chercher l’or ».

Même si le nageur qui s’entraine classiquement 310 jours par an, 12h/jour n’est pas dans les conditions habituelles pour continuer à s’entretenir, il a quand même une grande chance : la piscine du voisin ! 9 mètres de long, une longueur parcourue en un mouvement par le longiligne athlète … mais qui a trouvé avec son amie des subterfuges pour nager : « On fait du statique, une ceinture de musculation autour de la taille, un élastique retenu par l’autre, et on nage, on nage, on nage…. Sur place ! »…

1h30 dans l’eau chaque jour que le protégé de Philippe Lucas complète par de la musculation … un programme sur mesure, concocté par ses préparateurs de Montpellier … avec les appareils de musculation, un vélo, un rameur…. Séances le matin et l’après-midi entre ½ heure et une heure et demie par exercice, un objectif à réaliser, dans la salle de sport de la maison … et « puis avec Océane, d’être a deux ça nous motive, notre binôme est hyper important ! ».
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus