• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Muguet du 1er mai : des fleuristes ont organisé une opération coup de poing contre les vendeurs à la sauvette

© France 3
© France 3

Vendre du muguet à la sauvette le 1er mai... C'est autorisé, à condition de l'avoir cueilli !  Il est illégal, en revanche, d'en acheter en gros pour le revendre ensuite. Cela fait du tort aux fleuristes, qui ont mandaté un huissier pour lutter contre les fraudeurs.

Par HT/EM

Sur un parking de magasin de fleurs, le ballet des voitures de particuliers est incessant ces jours-ci. A la sortie, les caddies sont souvent plein de muguet.
Avec des quantités importantes. Ce jour-là, une cliente vient d'acheter 800 brins qu'elle compte revendre le 1er mai dans le Valenciennois...

"Ça fait 9 ans que je le fais, raconte-t-elle. Je les revends à 2,50€.  Ça se vend bien, j'ai ma clientèle. Je le fais pour mes enfants. Après, on peut partir en vacances, comme tout le monde, les fins de mois et tout..."

Une revente qui ne respecte pas le cadre de la loi. Alors ce lundi matin, un huissier était à quelques mètres de ce magasin, pour constater cette vente en gros, avec un client témoin. "Je constate la vente effective, explique Me Jean-Charles Millois, huissier de justice. Ce monsieur est rentré sans muguet. Il est sorti du magasin avec le muguet. En fait, on ne peut vendre que du muguet sauvage, cueilli par ses soins et le vendre sans aucun artifice, sans une autre fleur et en très petites quantités."
 

"On paye de l'URSAFF, de la TVA..."


Cet huissier qui travaille pour la fédération des fleuristes constate une véritable organisation qui commence souvent sur le Bon coin avec des offres de vente en gros. Pour les fleuristes, la concurrence est déloyale. "On paye de l'URSAFF, on paye de la TVA, constate Michelle Debruycker, artisan fleuriste... Ces gens-là, n'en payent pas. je ne suis pas la seule qui est mécontente...C'est beaucoup de fleuristes, le métier de la fleur est en chute libre."

En 40 ans, cette commerçante a vu le nombre de vendeurs à la sauvette, se mulitplier et ses ventes le 1er mai, chuter de 6000 brins de muguet à 350...

La fédération des fleuristes, qui estime que le 1er mai représente 10% de son chiffre d'affaire, compte intenter une action en justice, pour lutter contre cette concurrence. 
 
1er Mai : la lutte contre la vente de muguet illégale s'organise
Reportage d'Hélène Tonneillier et Benoît Bugnicourt


Vente de muguet le 1er mai : ce qu'il faut savoir


Mais alors peut-on vendre du muguet le 1er mai, même si on n'est pas commerçant ? La réponse à cette question n'est pas aussi évidente qu'elle en a l'air. Certes, la vente sur les trottoirs semble effectivement courante, admise, autorisée... Mais dans la réalité, cette tradition est très encadrée. La réponse à cette question est donc oui, mais... Ou non, sauf à certains conditions. On vous explique pourquoi. 

Selon le ministère de l'intérieur, en France, la vente est donc autorisée mais encadrée. Des arrêtés municipaux existent dans de nombreuses communes : ils fixent les règles à respecter. Et elles sont très nombreuses :
  • Seuls les professionnels peuvent acheter du muguet cultivé par des producteurs. 
  • Le muguet doit être cueilli en forêt, vendu sans emballage et en petite quantité
  • Ne pas y ajouter des fleurs ou en faire une composition florale. Seuls les brins sont autorisés à la vente
  • Ne pas vendre à proximité d'un fleuriste (il faut gfénéralement être à au moins 40 m)
  • Ne pas utiliser de tables, chaises et tréteaux
  • Veiller à ce qu’elle ne constitue pas un danger pour les piétons ou les automobilistes. 
 

Problème : ces règles sont rarement toutes respectées. Les vendeurs pris sur le fait risquent des amendes jusqu'à 15000 €.  

 

Sur le même sujet

Bière, gaufre ou maroilles pour Amel Bent ?

Les + Lus