VIDÉOS. Ligue des Champions : le LOSC, battu par Chelsea, déjà en fâcheuse posture

© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP

Les Dogues ont pu compter une fois de plus sur Osimhen.

Par AFP

Lille a hypothéqué ses chances de qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions dès la 2e journée, en perdant à domicile contre Chelsea (2-1), mercredi, dans un match qu'il a échoué à enflammer.

Derniers de leur poule, les jeunes Nordistes ont presque dit "goodbye" aux deux premières places. Après la gifle reçue face à l'Ajax Amsterdam (3-0) pour leur entrée en lice, ils continuent de payer cher le prix de leur inexpérience.
 

"On a affaire à une équipe qui a l'habitude de jouer ce genre de matchs tous les week-ends, la Coupe d'Europe toutes les saisons, et on a vu la différence qu'il y avait avec nous", a admis l'entraîneur Christophe Galtier.
 

Son appel à "jouer, jouer, jouer et jouer" s'est évaporé sous le toit du stade Pierre-Mauroy, car ses Dogues ont surtout passé leur temps à courir derrière la balle. Même à grandes enjambées, la route vers le très haut niveau reste longue pour eux.

S'il a misé sur ses talents, en titularisant sept joueurs âgés de 23 ans ou moins, le technicien a plus vu les défauts de la jeunesse, dans le fort déchet technique et les erreurs défensives, que ses avantages. "Les moindres erreurs, on les paie cash", a reconnu Benjamin André.

Son LOSC, qui a parfois manqué d'agressivité, a échoué à emballer le match devant plus de 48.000 spectateurs qui ne demandaient qu'une étincelle pour s'enflammer pour le retour de la C1 dans le Nord après sept ans d'attente.

 

Indispensable Osimhen


Contrairement à Lille, Frank Lampard a pu compter sur de meilleures individualités qui ont fini par faire la différence: N'Golo Kanté, qui a été très bon, et surtout l'"ancien" Willian (31 ans), auteur du but victorieux d'une belle reprise de volée en fin de match (77e).
 


"Il fallait être prêt. Notre performance a été très bonne. Nous méritions de gagner", s'est réjoui le coach londonien.

Après sa défaite contre Valence (1-0), Chelsea reprend la main sur son destin, derrière le leader Amsterdam, vainqueur en Espagne (3-0) dans la soirée. Avec zéro point, les Dogues sont déjà à la traîne.

Lille, qui n'a plus gagné un match de Coupe d'Europe à domicile depuis août 2012, continue d'apprendre. Mais il va vite lui falloir retenir ses leçons, surtout en défense, s'il veut accrocher au moins la troisième place synonyme de C3, avant une double confrontation cruciale contre Valence.

 

Sanches sans impact


Comme il y a deux semaines, les Dogues ont rapidement concédé un but, dès la 22e minute, sur un mauvais positionnement de l'arrière-garde qui a laissé Abraham, tout seul, battre Mike Maignan (22e). Les latéraux Zeki Celik et Reinildo ont aussi vécu une soirée très difficile.

Le poteau, sur une frappe de Jorginho en fin de première période (45e+1), a retardé l'échéance. C'est sur un duel perdu par Yusuf Yazici, qui a permis à Callum Hudson-Odoi d'offrir, dans un fauteuil, un centre délicieux pour Willian, que Lille a fini par craquer, dans ces temps faibles qu'il n'arrive pas à gérer au plus haut niveau.

La faiblesse du Turc sur l'action interroge aussi sur l'apport du banc. Renato Sanches, la recrue la plus chère de l'histoire du LOSC, a enchaîné une nouvelle performance sans saveur, après son entrée en jeu à la 69e. "Mon équipe a ses limites", a reconnu Galtier.
 

Lille pourrait garder de bonnes raisons d'espérer grâce à son étoile montante Osimhen, auteur de son 7e but de la saison. Mais le Nigérian aurait pu doubler la mise (73e) s'il n'avait pas été trop gourmand. Lui aussi apprend.
 

Sur le même sujet

Les + Lus