MARSEILLE : MENTION TRÈS BIEN - Un bachelor pour protéger nos mers !

Ils sont stagiaires (ou apprentis) de la toute nouvelle promotion « BTS et Bachelor de gestion et protection des milieux marins » une formation unique en France ! Pendant 5 jours, ils se mobilisent pour retirer de la Méditerranée des pneus et des déchets qui tapissent le fond de la Calanque Blanche

Le lancement de l’opération “PROPRE” (Pollution Removal Operation to Protect and Restore the Ecosystem)

Ses eaux cristallines, son herbier de posidonies, ses gorgones pourpres, ses daurades...et ses pneus...Ici, plus de 200 pneus gisent sur le sable à 13 mètres de profondeur ! Cette calanque a longtemps servi de décharge sauvage. Une pollution invisible depuis la surface mais qui menace cet écosystème fragile. Les études montrent que les pneus rejettent des substances toxiques, notamment des perturbateurs endocriniens, des métaux et des résidus plastiques.

11 jeunes stagiaires issus d’un BTS un peu particulier ont décidé de les retirer et en finir une fois pour toutes avec cette pollution insidieuse. Leur formation a été imaginée par le centre de formation professionnelle des apprentis, la région sud et l'association Septentrion Environnement pour répondre à des besoins bien réels. L’objectif ? Former des professionnels immédiatement opérationnels capable d’aller sur le terrain et réaliser tout type d'opération pour préserver les milieux marins de Méditerranée (contre certaines pollutions devenues chroniques).

Avant de pouvoir réaliser leur grand ménage, il a fallu faire un état des lieux de la Calanque et qualifier les moyens à mettre en oeuvre pour la dépolluer. Les jeunes ont fait l'inventaire des organismes à préserver, ils ont évalué la quantité de déchets à retirer et ont gèré les contraintes de temps et d'argent, les contraintes météo évidemment... 

Une formation sur mesure pour protéger la grande Bleue

La récente découverte par l'Ifremer d'une décharge en Méditerranée (à 2 000 mètres de profondeur) a fait l'effet d'une bombe. Former des techniciens supérieurs spécialisés dans la gestion et la préservation des milieux marins est plus que jamais une nécessité !

Les élèves reçoivent une formation de plongeur professionnel et apprennent à maitriser une panoplie d'outils et de méthodes de suivi et gestion des milieux naturels marins: la photogrammétrie, le pilotage de drône, de ROV.

Ils seront capables d'intervenir directement sur le terrain mais pas que... Ils acquièrent aussi les outils nécessaires pour élaborer et mettre en œuvre des actions d'animation et de concertation des différents acteurs de la région afin de répondre au mieux à ses problématiques. Très pointu et très pratique, ce cursus est pensé comme un vivier d'hommes et femmes "tous terrains" pour différents organismes qu'ils soient publics (parcs naturels, collectivités locales) ou privés (bureau d'études, associations spécialisées). La toute première promotion termine en mars prochain !

La Méditerranée est la mer la plus polluée du monde

Afin de contrer une pollution grandissante, la Métropole s’est dotée d’un plan d’actions. L’objectif : réduire le plus possible la pollution plastique en mer à horizon 2025. Avec près de 600 000 tonnes de plastique déversées chaque année dans la mer Méditerranée (dont 11 200 tonnes depuis la France), le défi est immense.

Cela fait de cette zone au riche patrimoine naturel et culturel l’une des plus polluées du monde par le plastique ! Un phénomène naturellement aggravé par la position géographique de la Méditerranée. Entourée de trois continents et forte d’une activité humaine intense, ces eaux constituent un véritable « piège » pour le plastique. À l’échelle mondiale, 700 espèces marines sont désormais menacées par la pollution et, d’ici 2050, nos océans pourraient accueillir plus de déchets plastiques que de poissons… (données : Métropole Aix Marseille Méditerranée).

11 jeunes résolument engagés pour la planète et les océans.

Les 2 derniers rapports du GIEC en pleine crise ukrainienne et élections présidentielles sont passés quasi inaperçus. Pourtant, ils dressent un état des lieux des pertes déjà subies et établissent des scénarios très concrets pour l'avenir selon le degré de réchauffement atteint. Ils avancent aussi des solutions pour limiter la casse et ajoutent que les trois années qui viennent seront décisives.

Comment la génération qui subira de plein fouet ces changements aborde-t-elle ces rapports ? Antonin, Margaux et Tao nous livrent leur ressenti dans une région méditerranéenne qui sera l'une des plus impactées par les changements climatiques.