CGT : Thierry le Paon devrait être adoubé mardi prochain pour succéder à Bernard Thibault

Le feuilleton de la succession de Bernard Thibault devrait prochainement toucher à sa fin. Après des mois de luttes intestines, l'ancien salarié de Moulinex semble rallier les voix et faire consensus.

Thierry le Paon au Conseil économique, social et environnemental (CESE), octobre 2012
Thierry le Paon au Conseil économique, social et environnemental (CESE), octobre 2012 © JOEL SAGET / AFP
Mardi, le 16 octobre, la Commission exécutive, direction de la CGT, devrait désigner officiellement Thierry Le Paon, ex-salarié de Moulinex, candidat au poste de secrétaire général de la CGT.

La décision finale reviendra au "Parlement" de la centrale début novembre.

Depuis l'annonce par l'actuel secrétaire général, Bernard thibault, en début d'année, qu'il ne briguerait pas au Congrès de mars 2013 un nouveau mandat à la tête de la CGT qu'il dirige depuis 1999, la course à sa succession s'est transformée en véritable psychodrame. Du jamais vu à la CGT.

La candidate qu'il soutenait, Nadine Prigent, a été - fait inhabituel - rejetée fin mai par le Comité confédéral national (CCN, le "Parlement" de la centrale syndicale). Une partie des Fédérations soutenaient Eric Aubin, chargé du dossier des retraites - dont Bernard Thibault ne voulait à aucun prix - d'autres Agnès Naton, directrice de NVO, magazine de la CGT.

"A la Commission exécutive du 16 octobre, je ferai une nouvelle proposition", a affirmé cette semaine Bernard Thibault dans une interview à l'Humanité.

Le nom qui devrait sortir du chapeau n'est plus un secret : il s'agit de Thierry Le Paon, 52 ans, chef de file de la CGT au Conseil économique, social et environnemental (Cese), patron de la CGTdu calvados et ancien chaudronnier chez Moulinex. Le dernier salarié de l'entreprise à avoir été licencié.

Son nom circule dans la presse depuis plusieurs mois.

Pourtant, Thierry Le Paon affirme qu'il n'était pas candidat au poste de numéro un.

Il se déclare néanmoins prêt à l'assumer : "moi, j'ai toujours eu le souci de l'organisation, de n'avoir jamais été candidat à rien et d'accepter les responsabilités qui me sont confiées", a-t-il expliqué.

Le secrétaire général du comité régional CGT de Normandie a ajouté que, s'il était élu, il poursuivrait la stratégie de son prédécesseur. "Il y a consensus autour de Thierry, il devrait être élu à la Commission exécutive", affirme un dirigeant.

Pour autant, Thierry Le Paon ne serait pas au bout de ses peines puisqu'il devra recueillir les 6 et 7 novembre la majorité des voix du CCN, qui regroupe les patrons des Fédérations et des Unions départementales.

"Le CCN votera en faveur de Le Paon", estime ce dirigeant comme si cela ne faisait aucun doute. Mais l'expérience prouve que cette instance est parfois imprévisible.

"Il est important que la CGT sache se rassembler. Les salariés attendent beaucoup de nous dans le contexte d'enjeux importants", a prévenu Bernard Thibault qui a fait campagne auprès des fédérations en faveur de son nouveau poulain.

Le sentiment qu'il faut sortir vite de la crise semble dominer : "il y a un danger pour l'organisation, il y a une volonté d'apaisement, tout le monde veut qu'on sorte de ce contexte", souligne un proche d'Eric Aubin qui reste pourtant amer : "la procédure n'était pas démocratique, on était sur Tout sauf Aubin, la crise laissera des séquelles".

Eric Aubin a-t-il jeté l'éponge ? "Pour l'instant rien n'est fait, on verra ce qui sortira du débat interne", a indiqué un de ses proches qui affirme que son champion "n'a pas dealé avec Thierry Le Paon et ne l'a pas rencontré".

Ce dernier "devra imposer sa légitimité car il apparaît comme le candidat par défaut" aux yeux de certains supporters d'Eric Aubin. "Il faudra aussi qu'il parvienne à rassembler" les différents camps déchirés par les rivalités, selon lui.

"Il n'y a pas de clivages majeurs sur la stratégie" à la CGT et il serait "incompréhensible d'apparaître divisés au seul motif de ne pas pouvoir s'accorder sur le profil de nos dirigeants nationaux", a affirmé Bernard Thibault.

La manifestation organisée mardi dernier par la CGT en faveur de l'emploi, qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes, prouve que malgré la crise interne la CGT "n'est pas paralysée", s'est targué son numéro un.

Ancien délégué syndical chez Moulinex, Thierry Le Paon est le secrétaire général de l’Union des syndicats CGT du Calvados. Au sein de la CGT, il est le négociateur de la centrale sur les questions de formation professionnelle. Thierry Le Paon est également vice-président du Conseil économique, social et environnemental où il représente le groupe CGT et où il s'est très fortement investi contre l'illettrisme.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter