Mont-Saint-Michel: Eric Vannier dénonce une "justice politique"

Publié le Mis à jour le

Poursuivi pour prise illégale d'intérêts dans l'affaire des navettes, le maire du Mont-Saint-Michel évoque un dossier absurde et affirme être serein.

"C'est un peu la surprise, je suis prévenu par la presse et non pas par la justice, je n'ai pas reçu de citation", affirme, ce samedi, Eric Vannier, maire du Mont-Saint-Michel. Vendredi, on apprenait par nos confrères de Ouest-France, que le premier magistrat de la Merveille était poursuivi pour prise illégale d'intérêt dans l'affaire des navettes. Eric Vannier est propriétaire d'hôtels et de restaurants situés au point de départ des nouvelles navettes du mont-Saint-Michel. Il pourrait être intervenu directement  pour choisir ce point de départ situé au centre de ses intérêts commerciaux.

L'actuel maire du Mont-Saint-Michel fait remarquer que cette annonce survient trois jours avant "une assemblée générale très importante sur le devenir des accès du Mont-Saint-Michel" et dénonce "une justice politique". Pour lui, le dossier est "absurde", l'emplacement choisi pour les navettes ne favoriserait pas ses établissements, "C'est faux !". Il explique, pour illustrer cette affirmation, que son "chiffre d'affaire est plutôt à la baisse". Avant de viser Patrick Gaulois, ancien maire du Mont-Saint-Michel: "L'organisation du système a été mise en place durant le mandat de M Gaulois. Celui-ci est en train d'attaquer ses propres décisions."

Eric Vannier doit comparaître devant le tribunal de Coutances le 30 janvier prochain. "Je vais sereinement pouvoir m'expliquer avec un dossier où il y aura pas mal de révélations, pas pour moi mais pour les autres". Le maire du Mont-Saint-Michel semble avoir choisi l'attaque comme stratégie de défense.

Propos recueillis par nos confrères de France 2