Le « Maartje Theodora » a quitté le port de Cherbourg

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pauline Latrouitte avec AFP

L'armateur du chalutier allemand a payé l'amende de 595 000 euros, prononcée mardi par le tribunal correctionnel de Cherbourg et a ainsi pu quitter le port du Nord Cotentin, quelques heures après, vers 18H45. 

                                                                      Les faits

C'est la plus grosse infraction à la législation sur la pêche jamais constatée en France métropolitaine. Le chalutier allemand, le "Maartje Theadora",- un géant de 141 M - était à quai depuis six jours à Cherbourg, car il était soupçonné d'avoir pêché 1585 tonnes de poissons illégalement, pour un montant estimé à 1,2
million d'euros.
"Parti pour pêcher du  maquereau, il a changé de filet en cours de route pour
pêcher du chinchard. Or vous n'avez pas le droit de changer sur une même campagne
de pêche"
, a expliqué le procureur de la République de Cherbourg, Eric Bouillard, en marge de l'audience.



Selon l'avocat de l'armateur, Me Bruno Khajat, le capitaine était de "bonne foi" et ne savait qu'il n'avait pas le droit de changer de filet. Cependant, ce dernier a décidé de reconnaître les délits qui lui étaient reprochés et a demandé à être jugé en reconnaissance préalable de culpabilité pour débloquer la situation.

                                                               La condamnation 

Ce mardi, l'armateur a donc été condamné à payer une amende de 580.000 euros, ainsi que 15.000 euros de dommages et intérêts accordés au comité régional des pêches. Ces sommes ont été réglées dans l'après-midi par le propriétaire du chalutier géant, l'Allemand Westbank Hochseefischerei. Le navire a donc pu quitter le port de Cherbourg peu avant 19H00.Cette procédure annule la décision du juge des liberté qui avait fixé lundi à 1,2 million d'euros la caution à payer par le bateau avant de reprendre la mer en attendant un jugement sur le fond plus tard.

                                                                       Réactions

Le président du comité régional des pêches de Basse-Normandie Daniel Lefèvre, qui réclamait 150.000 euros de dommages et intérêts, a pour sa part relevé que les 595.000 euros prononcés représentent "une somme conséquente, quand même !". Toutefois, "il faut revoir la réglementation européenne qui autorise ces bateaux surdimensionnés en Manche", a-t-il ajouté. "La pêche industrielle a sa place en
Europe là où il y a 5.000 mètres de fond mais pas en Manche où on a 80 m de fond
et où ce genre de bateau tue la pêche artisanale.Comment voulez vous que notre flottille vive. Les pêcheurs bas-normands ont un quotas de 1.600 tonnes de maquereau par an et eux ils prennent ça en moins d'une campagne".

Daniel Lefèvre sera notre invité ce mardi dans le journal de midi.


Greenpeace a de son côté estimé que "l'exemplarité" de cette condamnation "n'était
pas à la hauteur"
de l'infraction."Nous dénonçons plus que jamais cette pêche industrielle qui n'hésite pas à pratiquer la pêche illégale. L'Europe doit se réorienter vers une pêche artisanale", a déclaré
François Chartier, chargé de campagne "océan" de l'ONG.
Les pays membres de l'Union européenne négocient mardi et mercredi à Bruxelles leurs quotas de pêche.