Fêtes de fin d’année : le coup de blues des salariés de Pétroplus

Un an jour pour jour après l’annonce de la faillite du groupe Pétroplus, les salariés de la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime) sont amers

Pas de sapin de Noël

Le 28 décembre 2011, les 550 salariés de la raffinerie de Petit-Couronne apprenaient officiellement que leur maison-mère  basée en Suisse  (Pétroplus) était en faillite. Un mois plus tard, le 24 janvier 2012, la raffinerie de l’agglomération rouennaise déposait le bilan. 
Après un an d’un long feuilleton marqué de nombreux épisodes (dont celui de l’élection présidentielle) "le dossier Pétroplus" piétine et les salariés passent une nouvelle fois une fin d'année très amère.
L’un deux, Fabrice Denoyelle, n’a pas  installé de sapin ni de décorations de Noël dans  son salon : " Non, pas cette année, car le cœur n’est pas à la fête"  explique-t-il, un sanglot dans la voix… 
Rencontre et témoignage.

VIDEO : le reportage France 3 Haute-Normandie de Jean-Luc Drouin et Bruno Belamri