Fuite à Lubrizol : la ministre annonce la fin de l’incident de Rouen, mais l’entreprise doit s’expliquer

Dans un communiqué publié ce mercredi 6 février, la préfecture de Seine-Maritime précise les modalités de reprise de l’activité de l’usine chimique et annonce vouloir  "tirer les conséquences de cet événement"

© France 3 Haute-Normandie

Fin officielle de la crise

Elle était venue de Berlin en urgence à Rouen dès le lendemain de la fuite de gaz de l’usine Lubrizol pour dire que résorber ce dégagement d’odeur «allait prendre du temps».  15 jours plus tard, Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie annonce dans un communiqué « la fin de l'incident survenu le 21 janvier dernier, dans l'entreprise LUBRIZOL, qui avait généré des odeurs incommodantes. »
Quant  à Pierre-Henry Maccioni,  (qui avait pris avec plusieurs jours d’avance ses fonctions de préfet de la région Haute-Normandie  et de la Seine-Maritime à cause de cette affaire), il a décidé  « la levée du plan particulier d'intervention (PPI) ainsi que la cellule de crise ».  
Dans le même communiqué la préfecture se veut encore une fois rassurante en rappelant que « les émissions de mercaptan, à la cheminée de l'usine, n'ont à aucun moment atteint des niveaux susceptibles d'avoir des effets nocifs sur la santé ».

Un rapport sur les causes de l’incident

La ministre avait raison : les opérations  ont pris du temps :  après neutralisation la première semaine et enlèvement pour destruction de la substance malodorante, la deuxième semaine a été consacrée au nettoyage de la cuve et ces derniers jours au fond de la cuve. Le processus de neutralisation, d'enlèvement, et de nettoyage a été en permanence contrôlé par la DREAL.
Quant à l'entreprise Lubrozol, elle a été progressivement autorisée à redémarrer ses activités, à l'exception de l'unité dans laquelle figure la cuve qui a présenté le dysfonctionnement. Le préfet Maccioni annonce par ailleurs que Lubrizol doit présenter un rapport complet sur les causes de l'incident, les mécanismes qui ont conduit à ce dégagement d'odeurs incommodantes, les relevés réalisés pendant l'incident, et les mesures correctives susceptibles de garantir contre toute répétition d'un tel incident.
Le préfet ne lèvera la suspension d'activité de cette unité qu'après analyse de ce rapport par la DREAL et validation des mesures correctives.

Mieux prévenir la population
en cas de nouvelle crise ?

La communication officielle pendant  « la fuite Lubrizol » a été l’objet de très nombreuses critiques (même à l’assemblée Nationale).  C’est sans doute en réaction que le nouveau préfet d’une région qui compte un grand nombre d’usines Seveso, a annoncé ce mercredi  qu’il « réunira le Conseil départemental des risques sanitaires et technologiques (CODERST), le 12 février prochain, puis le comité local d'information et de concertation (CLIC) pour présenter les conséquences à tirer de cet événement, en toute transparence, et en débattre avec les collectivités, les associations, et les riverains.. »
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lubrizol