Cet article date de plus de 8 ans

Extension du port de Cherbourg: les pêcheurs et plaisanciers inquiets

Les projets hydroliens et éoliens nécessitent l'extension du terre-plein des flamands. 39 hectares vont être gagnés sur la mer. L'enquête publique vient de s'achever mais ces travaux suscitent l'inquiétude des plaisanciers et des pêcheurs.
Une extension provisoire de 300 mètres de long a déjà été installée quai des Flamands. Ce quai spécifique servira à la manutention des éléments des futures éoliennes offshore qui seront assemblées à Cherbourg à partir de 2015. Une autre extension est en projet: 39 hectares gagnés sur la mer. L'enquête publique est désormais terminée. Les travaux doivent débuter en 2014. La rade de Cherbourg va être totalement métamorphosée. Au grand dam des usagers du port.

"Ils vont prendre tout le quai alors qu'on a déjà pas beaucoup de coins de pêche", se lamente Steven, pêcheur à la ligne, "Moi, je trouve ça un peu dégueulasse pour nous parce qu'on nous demande même pas notre avis. Certains soirs, on est une soixantaine de pêcheurs". Là où Steven et ses camarades viennent taquiner le poisson, il n'y aura bientôt plus de mer. Les plaisanciers, eux craignent que la construction du terre-plein modifie la houle. L'étude d'impact effectuée en laboratoire par Ports Normands Associés n'a pas suffit à les rassurer et ils subissent déjà les conséquences de ce vaste projet: ils ont interdiction de mouiller dans la rade de Cherbourg afin de ne pas gêner les manoeuvres d'un navire chargé de détecter d'éventuelles bombes de la 2de guerre mondiale sur la zone où s'effectuera l'extension du port.



Reportage de Sylvain Rouil et Claude Leloche
Intervenants:
- Steven, pêcheur de la digue
- Daniel Kerloc'h, pêcheur de la digue
- René Erneste, association des usagers du port des Flamands

durée de la vidéo: 01 min 58
Extension du port de Cherbourg: les pêcheurs et plaisanciers inquiets

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables pêche environnement mer