Huîtres : de nouvelles pratiques pour faire baisser la mortalité des naissains

Le Centre de référence sur l'huître (CRH) de Caen a mis en place un protocole pour réduire la mortalité des naissains, qui sont victimes d'un virus depuis plusieurs années en France. 

Parc à huîtres à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche), archives AFP août 2012
Parc à huîtres à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche), archives AFP août 2012 © AFP Charly TYriballeau
C'est un fléau qui sévit dans les parcs à huitres de Normandie depuis plusieurs années : un virus qui contaminent les naissains (les bébés huîtres), et les fait mourir. Le taux de mortalité peut atteindre les 80 %. 

Le CHR a travaillé pendant trois ans sur ce problème de mortalité et de contamination. Et a fait des tests grandeur nature dans la Manche et le Calvados. 
Le CHR propose aux ostréiculteurs de suivre un protocole en trois étapes : vérification de la qualité sanitaire des naissains, isolement des naissains dans des "zones sanctuaires" la première année, puis réintroduction sur les parcs la deuxième année. 

Dans les conditions expérimentales, ce protocole a permis de faire tomber la mortalité à 8 %. 

Mais les professionnels estiment que ce protocole est, sur le terrain, très compliqué à mettre en place, notamment pour trouver des "zones sanctuaires" éloignés de toute zone d'élevage ostréicole. 

Voir les reportage de Franck Bodereau et Cyril Duponchel (ITV : Professeur Michel Mathieu, coordinateur de l'étude du CHR, Joseph Costard
Président du comité régional de Conchyliculture)


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ostréiculture mer littoral pêche
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter