Economie souterraine : la police met fin à un trafic de stupéfiants sur les Hauts de Rouen

Après plusieurs mois d'enquête,  16 personnes arrêtées et placées en garde à vue par les équipes spécialisées  de la sécurité publique de Seine-Maritime

A consommer sur place

12 consommateurs, 2 témoins et deux "auteurs principaux" : seize personnes ont été arrêtées en début de semaine et  placées en garde à vue à l'hôtel de police de Rouen. Il s'agit de la conclusion d'une enquête débutée en mai dernier dans une affaire de stupéfiants  qui a mobilisé plus de 30 fonctionnaires de police. 

Informés de la présence régulière et nombreuse de clients venant acheter de la drogue dans un appartement du quartier de la Grand-Mare (sur les hauteurs de Rouen), les policiers ont débuté une surveillance des lieux. Une opération rendue très difficile par la méfiance de certains habitants, qui en véritables maîtres des lieux, sont en alerte à la moindre arrivée d'un intrus…

Malgré tout, l'enquête avance et permet d'identifier des consommateurs. Mais lorsque l'un d'entre eux est arrêté et qu'on ne trouve rien sur lui, la police découvre que le dealer, comme dans un fast food, a mis au point un système de vente et de consommation (rapide) sur place. Un plateau équipé d'une balance, d'un bol et d'une paille attendait le client. Coté prix, le gramme d'héroïne était vendu 30 euros…

Handicapé et dealer

Mardi dernier (14 octobre), après avoir arrêté une dizaine de consommateurs, les policiers investissent l'appartement du dealer. Il s'agit  d'un homme âgé de 49 ans, handicapé, malade du diabète et toxicomane.  Une figure de la délinquance dans les années 80, qui "rangé des affaires",  tenait son petit commerce uniquement pour compléter ses (maigres) revenus issus de son allocation d'adulte handicapé. Selon lui il s'agissait de permettre d'apporter un peu de confort à sa famille. 

Avec un ami comme chauffeur

En menant leur perquisition, les policiers vont trouver un peu de cannabis (75 grammes) et près d'un demi kilo d'héroïne caché dans le tambour de la machine à laver.D'une santé très fragile, et vivant reclus, le suspect était aidé par un ami qui le dépannait à chaque demande, que ce soit pour le véhiculer ou pour le remplacer auprès des clients. C'est ainsi que lors d'une consultation à l'hôpital, le duo en avait profité pour livrer un client hospitalisé dans une chambre du CHU !

En raison de son état, l'homme handicapé a reçu des soins pendant sa garde à vue.  Une garde à vue qui a été prolongée avant une présentation dans les prochaines heures devant la Justice. Le suspect a avoué aux enquêteurs avoir vendu un kilo d'héroïne depuis le début de l'année. La drogue saisie (apparemment de très bonne qualité) doit être analysée pour tenter de déterminer sa provenance.

Ce vendredi matin (17 octobre) la direction de  services de police de Seine-Maritime  (DDS P) était fière d'avoir mis fin à l'activité de ce réseau local de l'économie souterraine qui gangrène les quartiers des Hauts de Rouen.