La poule aux oeufs d'or existe dans l'Orne

Depuis quelques mois, la Marans, une poule rustique fait la fortune de deux retraités habitant dans l'Orne. Cette race ancienne, dont le berceau d'origine est le Poitou-Charentes, pond des oeufs roux prisés dans le monde entier.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La poule aux oeufs d'ors existe dans l'Orne. Noire et rousse, blanche et argentée. La Marans n'est pas reconnaissable à son ramage ni à son plumage. En réalité, pour trouver la poule, il faut chercher l'oeuf. Un oeuf tout rouge ou plutôt roux, dit-on, depuis toujours.


La Marans: une race ancienne

La Marans existait déjà du temps des romains. Marans est un port situé entre la Rochelle et l'ile d'Elle. C'est une région en bordure du marais Poitevin. Au sein de ce territoire marécageux, une petite poule noire camaillée de blanc et de jaune pondait déjà des oeufs roux. Au XIIème siècle, sous le règne d'Henri II d'Angleterre, duc d'Anjou, époux d'Aliénor d'Aquitaine, on retrouve cette petite poule rustique dans les environs humides de la Roche-sur-Yon et de Saintes. Le volatile reste isolé, jusqu'à l'arrivé des Anglais et de leurs coqs combattants. C'est la reproduction avec ces nouveaux venus, de génération en génération, qui provoque la ponte des oeufs de couleur rousse. Puis, comme de nombreuses races françaises, des croisements surviennent avec des races asiatiques.



La Marans: un succès made in France 

Emile et Renée Guerinel, deux retraités, passionnés par l'aviculture élèvent des Marans depuis 1951. Aujourd'hui, ils s'occupent de 260 poules de cette race à la Madeleine près de Tinchebray dans l'Orne, et ce depuis le mois de janvier. Pour obtenir une race pure comme la leur, il a fallu travailler cinq ans, de 1995 à 2000. En effet, Emile, technicien généalogiste dans le domaine de l'aviculture a du faire de nombreux croisements pour parvenir à recréer cette race oubliée. Le succès est au rendez-vous. Le monde entier passe commande auprès d'eux: la Belgique, l'Allemagne, le Sénégal, le Canada, l'Ukraine, la Nouvelle-Calédonie... Certains clients se seraient également manifestés au Qatar. Le secret: la Marans peut faire penser sous certains aspects à la race  "normande" selon le couple "Son oeuf et sa viande sont très riches. Un peu comme la vache normande" explique Renée.

Reportage Elise Ferret et Damien Migniau

durée de la vidéo : 00h01mn14s
©INA
Emile Guérinel: Eleveur de Marans
Renée Guérinel: Eleveuse de MaransPour plus d'info vous pouvez consulter le site du Syndicat national des sélectionneurs de la poule Marans