• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Aircom étouffe sous l'effet des coupes budgétaires

Soleil voilé, ciel laiteux : un nuage de particules fines enveloppe l'agglomération de Caen. / © France 3 Basse-Normandie
Soleil voilé, ciel laiteux : un nuage de particules fines enveloppe l'agglomération de Caen. / © France 3 Basse-Normandie

A l'heure où les pics de pollutions se multiplient dans nos villes, au beau milieu de l'année mondiale du climat, l'état et le conseil général du Calvados décident de baisser les subventions d'Aircom. Une association chargée de la surveillance de la qualité de l'air que nous respirons. 

Par Elise Ferret

40 000 euros en moins pour fonctionner. L'année 2015 s'annonce étouffante pour l'association Aircom et pas seulement en raison de la qualité de l'air. Certains de ses partenaires financiers, l'état et le Conseil Général du Calvados ont décidé d'opérer des coupes drastiques dans les subventions annuelles qu'ils allouaient à la structure. L'état baisse son apport de 4,5%. Quant au département, sa contribution chute de 30%.  


Fin de nombreux programmes de surveillance

Air C.O.M est une association chargée de surveiller la qualité l'air que nous respirons. Cette structure donne l'alerte lorsque la pollution est dangereuse pour notre santé afin que la préfecture puisse donner des instructions de prévention. Cependant, hormis ces campagnes d'utilité publique obligatoires et réglementaires, l'association ne pourra plus en faire d'autres de son propre chef. Ainsi, la campagne de mesure des pesticides dans l’air sur l’agglomération caennaise envisagée en 2015 par la structure ne pourra pas voir le jour. Comme l'annonce le communiqué de presse d'Air C.O.M "les programmes de surveillance de métaux lourds, de dioxines et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques dans l’air ont dû également être allégés."     


"Cette baisse des subventions c'est de l'argent public jeté par les fenêtres"

La présidente d'Air C.O.M, Clara Osadtchy ne comprend pas cette décision des pouvoirs publics. "La pollution de l'air c'est 42 000 morts par an en France. Elle représente un coût d' 1  à 2 milliards d'euros annuel pour notre système de santé. Cette baisse des subventions, c'est en réalité de l'argent public jeté par les fenêtres." 


Rechercher d'autres financeurs

L'état et les collectivités locales ne sont pas les seuls financeurs de l'association dont le budget 2015 s'élève à 1,5 million d'euros. Les industriels aussi versent une taxe pour leurs activités polluantes ou décident de donner directement à Air C.O.M. La présidente et toute son équipe sollicitent ainsi le secteur privé. "Dernièrement nous nous sommes rapprochés d'Areva et nous tentons aussi de sensibiliser l'industrie agroalimentaire." Quant au Conseil Général du Calvados, en cette période de vacances scolaires, personne ne semble être disponible pour nous répondre. 




Sur le même sujet

Cécile Dalnoky, graphiste caennaise

Les + Lus