• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Affaire Karachi: Bernard Cazeneuve se dit mobilisé “pour faciliter l'avènement de la vérité”

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ce vendredi 8 mai à Cherbourg / © M-C.R
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ce vendredi 8 mai à Cherbourg / © M-C.R

Le ministre de l'Intérieur était de retour à Cherbourg ce vendredi pour participer à une cérémonie du souvenir aux côtés des familles des victimes de l'attentat de Karachi. Il a fait le point sur l'avancée de l'affaire et s'est également exprimé sur la Normandie. 

Par CM

"Depuis 2002, je suis présent à toutes les cérémonies du 8 mai pour la commémoration de l'attentat de Karachi", a rappelé ce vendredi à Cherbourg le ministre de l'Intérieur. L'ancien député-maire de la cité du nord-Cotentin a déclaré se mobiliser "pour faciliter l'avènement de la vérité". Un avènement qui tarde à venir puisque 13 ans après les faits, les investigations se poursuivent.

Bernard Cazeneuve aux côtés des familles des victimes de l'attentat de Karachi le 8 mai 2015 / © E.F
Bernard Cazeneuve aux côtés des familles des victimes de l'attentat de Karachi le 8 mai 2015 / © E.F


Bernard Cazeneuve a notamment déploré la lenteur du processus de renvoi de deux ministres dans le volet financier (Edouard Balladur et François Léotard) devant la Cour de Justice de la République (CJR). "Nous aurions souhaité que les choses puissent aller plus vite". Le président de la République avait annoncé en juin 2014 la disparition prochaine de cette juridiction d'exception. Une disparition réclamée par les familles des victimes. Le sujet n'est désormais plus d'actualité. Bernard Cazeneuve a rappelé que la suppression de la CJR nécessitait une réforme constitutionnelle: "la majorité des 3/5e n'est pas réunie aujourd'hui".


Déclassification: "un autre chemin a été trouvé"

Concernant le volet anti-terroriste du dossier, le ministre de l'Intérieur a en revanche annoncé une possible avancée concernant la déclassification des notes des services de renseignement réclamée par les magistrats. Certains de ces documents n'ont pas été retrouvés au sein des services. Les juges ont alors demandé à la Commission Consultative du Secret de la Défense Nationale (CCSDN) d'auditionner les auteurs de ces notes et de déclassifier ces auditions. Ils ont obtenu une fin de non-recevoir.

Bernard Cazeneuve a déclaré ce vendredi "qu'un autre chemin a été trouvé: les juges ont envoyé un questionnaire aux personnes en question, ces questionnaires vont être transmis à la CCSDN et à ce moment-là, je pourrai transmettre les éléments aux juges".

Reportage d'Elise Ferret et Matthieu Bellinghen
Intervenants:
- Claire Laurent, épouse d'une victime de l'attentat de Karachi
- Gisèle Leclerc, épouse d'une victime de l'attentat de Karachi
- Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur

Affaire Karachi: Cazeneuve mobilisé "pour faciliter l'avènement de la vérité"


Normandie: "Ce que je dis est ce qu'il adviendra"

A l'occasion de son déplacement à Cherbourg, le ministre de l'Interieur a également fait le point sur la mise en oeuvre de la réunification de la Normandie, réitérant ses propos tenus dans un communiqué diffusé dimanche dernier par la préfecture de la Manche. "J'ai donné des instructions aux préfets de répartir dans un parfait équilibre les administrations territoriales entre Caen et Rouen. Ce que je dis est ce qu'il adviendra. Donc il y aura un équilibre et cet équilibre est de l'intérêt de la Normandie." Evoquant un entretien "de grande qualité" la veille avec Joël Bruneau, le maire de Caen, il a qu'il rencontrerait les élus, à Caen le 22 mai puis à Rouen. "Je parlerai avec tout le monde".  












Sur le même sujet

La Fédération de la Chasse 14 : une bonne année

Les + Lus