73 ans après, deux prêtres de l'Orne enfin reconnus Justes parmi les Nations

C'est sous cette chapelle de l'Institut (ancien Lycée de Mécanique) que le prêtre Lucien Leconte a caché 5 israélites pendant quelques jours en juin 1944, avant de les envoyer se refiguer dans des fermes voisines.
C'est sous cette chapelle de l'Institut (ancien Lycée de Mécanique) que le prêtre Lucien Leconte a caché 5 israélites pendant quelques jours en juin 1944, avant de les envoyer se refiguer dans des fermes voisines.

Le nom de deux prêtres de Tinchebray, petite commune du bocage Ornais, vont rejoindre  le mur d'honneur du jardin des Justes à Jérusalem en mai prochain. 73 ans après la guerre, on se souvient enfin de leurs actes courageux face à la terreur nazie. Une histoire qui a failli tomber dans l'oubli. 

Par Alexandra Huctin

Peu de gens à Tinchebray se souviennent de l'Héroïsme de ces deux prêtres : Fernand Prével et Lucien Leconte. Pourtant ils n'ont pas agi seul : des agriculteurs les ont aidé et d'autres comme le gendarme Marcel. Mais ce "réseau" partait à priori bien de Paris où le Père Prével résidait pour ses nouvelles fontions, en 1944. 
En tous les cas c'est bien lui qui a envoyé dans l'Orne 5 israélites en qui venaient d'échapper aux nazis.

Poursuivis par la Gestapo ils avaient besoin de se cacher : à Tinchebray, le père Leconte qui dirige alors l'Institut les reçoit sans tergiverser.


On est alors en pleine bataille de Normandie, les américains ont débarqué quelques jours avant et les allemands, dans l'orne sont très tendus, voire hargneux. Mais il prend le risque, malgré les fouilles.
Il sauvera ces 5 hommes, d'une mort certaine, en leur assurant pendant de longues semaines le gîte, le couvert et la protection d'une nouvelle identité.

A priori, un aviateur anglais en 1939 aurait reçu lui aussi la protection du père Leconte, alors qu'il était perdu, en pleine Campagne. Des passages en zone libre étaient aussi organisés. On peut parler d'un petit réseau de résistance à Tinchebray. 


Le reportage d'Alexandra Huctin et Matthieu Bellinghen :

Intervenants :
des habitants de Tinchebray et Jean-claude Lautrette de l'associationde sauvegarde de la Chapelle Sainte-Marie, chargé par Yad Vashem de retrouver la famille de ces prêtres.

2 pretres de Tinchebray reconnus Justes parmi les Nations

Ils s'appelaient donc Lucien Leconte et Fernand Prével. Le premier est mort de maladie en 1945, l'autre est décédé en 1972. Ils étaient prêtres à Tinchebray et ont forcément de la famille en Normandie. Des descandants de cousins ou cousines, de frères ou soeurs.  Le mémorial des victimes de la Shoah à Jérusalem, Yad Vashem, recherche partout ces descendants pour qu'ils participent aux deux cérémonies à venir : la première aura lieu à Jérusalem, au mémorial, au mois de mai. La seconde, avant l'été à Tinchebray en présence de beaucoup de monde. 

Pour toute information concernant la génélogie de ces deux prêtres, contacter Jean-claude Lautrette au 06-03-51-32-48
Le journal l'Orne Combattante a exhumé cette histoire de héros de la seconde guerre mondiale, pour lancer un avis de recherche : Yad Vashem voudrait retrouver les familles avant la cérémonie de reconnaissance parmi les Justes qui aura lieu au mois de Mai 2017.
Le journal l'Orne Combattante a exhumé cette histoire de héros de la seconde guerre mondiale, pour lancer un avis de recherche : Yad Vashem voudrait retrouver les familles avant la cérémonie de reconnaissance parmi les Justes qui aura lieu au mois de Mai 2017.



 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Des haies utiles à la faune et aux chasseurs

Près de chez vous

Les + Lus