Apprentissage en Normandie : Jean-Pierre Ferreira, un patron qui aime passer le relais à ses jeunes fleuristes

Se préparer à un métier précis, et rentrer plus rapidement dans la vie active, c'est possible grâce à l'apprentissage. Certains employeurs ne jurent que par ce système. Jean-Pierre Ferreira emploie 17 apprentis fleuristes dans ses magasins. Un passage de relais essentiel pour lui.

Par Béatrice Rabelle

Trop longtemps considéré comme une voie de garage, l'apprentissage permet aux jeunes d'obtenir une expérience professionnelle solide et un diplôme qualifiant.
Les jeunes entre 16 et 29 ans révolus peuvent suivre une formation en alternance d’une durée de 6 mois à 4 ans selon le diplôme préparé.
Leur rythme, une semaine de cours, trois semaines chez l'employeur, leur permet d'être littéralement immergés dans le monde du travail

La rémunération des apprentis


L'apprenti va décrocher son diplôme, acquérir une expérience professionnelle tout en étant payé. Sa rémunération correspond à un pourcentage du Smic.
Il tient compte de l' âge de l'apprenti et de l'avancement dans le cycle d'étude. Concrêtement, le salaire augmente avec l’âge et à chaque nouvelle année d’exécution du contrat.

Ainsi,  un jeune de moins de 18 ans touchera la 1ère année 27 % du SMIC, 39% la  2 è année , 55 % la 3 è année ( source : CCI)

Avec l'apprentissage, le jeune accède plus vite au marché du travail. Les statistiques montrent que 6 mois après leur formation, 80% des apprentis occupent un emploi.

Il existe 11 centres de formation dans l'Eure,  52 en seine-Maritime 

Et côté employeur ? 

Le patron bénéficie quant à lui d'aides financières, notamment l'aide unique, qui s'adresse aux employeurs de moins de 250 salariés. 

Le montant de cette aide est dégressif :


-4 125 € maximum pour la 1ère  année d’exécution du contrat
-2 000 € maximum pour la 2e année 
-1 200 € maximum pour la 3e année 

Il bénéficie également d'une éxonération de cotisations sociales. Celle-ci peut être totale ou partielle selon la taille de l’entreprise ou la qualité d’artisan.
Au delà de ces aides, certains employeurs sont convaincus du bien-fondé de ce passage de relais.

Exemple en Normandie 


Ils aiment transmettre les ficelles de leur métier, comme Jean-Pierre Ferreira.

Ce fleuriste possède 9 magasins dans l'Eure et emploie pas moins de... 17 apprentis !
 

Ils sont toujours OK... Pendant les fêtes, ils vont faire 10, 12 heures, ils sont là quoi ! 


Jean-Pierre Ferreira estime avoir appris les ficelles du métier à plus de 50 apprentis depuis qu'il a débuté en 1996. Il  a d'ailleurs embauché définitivement certains d'entre eux. 
Il a lui-même débuté il y a plus de 30 ans comme apprenti.
 
Jean-Pierre Ferreira, fleuriste normand, emploie 17 apprentis dans ses magasins


 

Sur le même sujet

Les + Lus