Au fil du temps : les lendemains de fête.

Comment soigner cette "gueule de bois" ? / © AltoPress / Maxppp
Comment soigner cette "gueule de bois" ? / © AltoPress / Maxppp

On y est ! Le marathon des réveillons des fête de fin d'année s'annonce avec des repas riches et souvent arrosés… Sur un ton un peu humoristique, la chronique « au fil du temps » revient sur quelques conseils trouvés dans les archives audiovisuelles pour se remettre des excès des fêtes.
 

Par Marc Michel-Dherissart

Au fil du temps
Les lendemains de fête - f3 normandie - Marc Michel / F Lefeuvre



Un peu de science

Maux de tête ? Langue pâteuse ? Confusion ? Ne cherchez plus vous avez une « gueule de bois », mais votre médecin, dans un langage plus savant, évoquera une « veisalgie ».

Le premier réflexe quand on souffre de veisalgie, c’est de se dire plus jamais ça !  On se fait la promesse de ne plus fréquenter les coteaux de la Loire, ou le vignoble du bordelais. 

Mais en attendant, il faut examiner les causes de notre profond mal de tête…

Veisalgie : terme qui vient du mot norvégien "kveis" (qui signifie "incofort suite à la débauche") et mot grec "algia" (qui signifie "douleur").


La « gueule de bois » résulte du travail, intense, de votre organisme pour lutter contre une intoxication.
Quand on boit de l’alcool, notre corps le transforme en un composé chimique toxique, l’éthanal. Et c’est cet éthanal qui produit des symptômes désagréables, comme peut le faire tout poison.
 

Notre foie nous joue également des tours. Face à un afflux d’alcool à éliminer, notre cerveau « donne » la priorité au foie et néglige la production d’une hormone, l’ADH. Or l’hormone antidiurétique (l’ADH) a pour fonction d’aider le corps à retenir l’eau et donc de rendre les urines plus concentrées (en produits à éliminer). En conclusion, on urine plus souvent mais l’élimination est paradoxalement plus lente.


Quel remède ?

Le meilleur moyen de ne pas souffrir de veisalgie c’est de ne pas boire d’alcool… Mais c’est plus facile à dire qu’à faire en cette période de fête.

Alors, imaginons que vous buviez plus de 4 verres de vin dans votre soirée, c’est à partir de ce moment-là (en moyenne) que votre corps va commencer à se manifester… Eh bien sachez que la science ne peut rien : il n’y a pas de remède miracle à votre gueule de bois .

Mais, pour limiter les dégâts, pensez à boire (de l’eau) en quantité pendant votre repas de façon à aider votre corps à éliminer…

 

Alcool et conduite
Il ne faut pas que le verre de trop d’un soir de fête se transforme en drame.
Si vous avez trop bu, il n’est pas question de prendre le volant, pensez donc AVANT VOTRE SOIREE à un moyen sûr pour rentrer chez vous ou dormir chez des amis si vous faites la fête ailleurs qu'à votre domicile. En plus des risques encourus au regard de la loi, conduire en état d’alcoolémie représente un danger pour vous et pour les autres.
 

Sur le même sujet

Les + Lus