• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Caen et Rouen participent à la Earth hour et éteignent la ville samedi

Caen et Rouen arrêteront l'illumination de certains de leurs monuments samedi, de 20h30 à 21h30. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN
Caen et Rouen arrêteront l'illumination de certains de leurs monuments samedi, de 20h30 à 21h30. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Samedi 30 mars, Caen et Rouen rejoingnent l'appel national lancé par WWF et éteignent l'éclairage public à différents endroits de la ville. Cet acte symbolique vise à alerter la population sur la consommation énergétique d'une ville.

Par Raphaëlle Besançon.

La Tour Leroy, la place Saint-Sauveur et l'Abbaye aux hommes de Caen (Calvados) seront plongés dans le noir samedi 30 mars, de 20h30 à 21h30.
 

Appel international

Cette initiative citoyenne lancée par WWF a été initiée en 2006 à Sydney. Depuis, chaque année, le monde entier est appelé à éteindre l'éclairage public de ces monuments emblématiques, c'est l'Earth Hour.

Le but est de "reconnecter l'humain à la nature" et de faire prendre conscience à tout un chacun de l'importance de notre consommation énergétique.

À titre d'exemple, on peut rappeler qu'un panneau publicitaire lumineux consommerait, sur l'année, l'équivalent de la consommation de trois foyers français.

À travers le monde

Plusieurs villes de France vont rejoindre le mouvement, comme Toulouse et Rouen.
Lors des précédentes éditions, on avait pu observer L'Empire State Building, le Golden Gate Bridge aux États-Unis, Le Colisée en Italie, la Sky Tower en Nouvelle Zélande, entre autre, plongés dans le noir.
 

Éteignez la Tour Eiffel

Chaque année, WWF France éteint la Tour Eiffel à l'occasion de l'événement.

L'ONG propose aux internautes de choisir une des ampoules qui illuminent la Tour Eiffel et de pouvoir l'éteindre depuis son compte Facebook, Twitter ou son email.

À trois jours de l'événement, il reste encore 2668 ampoules à éteindre.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Festival de Pâques de Deauville : l'interview d'Yves Petit de Voize, son directeur

Les + Lus