3000 élèves confinés pendant une heure à Falaise : il s'agissait d'un canular

Un adolescent vétu d'une cagoule et portant une fausse arme a semé la panique à l'Institution Sainte Trinité de Falaise. Les élèves qui l'ont aperçu ont cru à une attaque terroriste. Il allait en fait disputer une partie de paintball. 
C'est en apercevant un individu encagoulé avec une arme à la sortie vers 13h que des enfants ont pris peur.
C'est en apercevant un individu encagoulé avec une arme à la sortie vers 13h que des enfants ont pris peur. © Google Maps
Grosse frayeur à la sortie de l'Institut Sainte Trinité de Falaise ce vendredi vers 13h. Des élèves aperçoivent un homme encagoulé avec une arme et prennent peur.  

Leurs parents appellent tout de suite la gendarmerie, mais comme les premières investigations ne donnent rien, la mairie décide de confiner les élèves de tous les établissements de la ville, soit 3000 élèves. "On a passé 4 coups de fils et en 3 minutes, tous les élèves étaient mis en sécurité. Les chefs d'établissement ont appliqué les protocoles et tout s'est fait très rapidement avec une grande efficacité" explique Hervé Maunoury, le maire de Falaise.

Une heure d'angoisse

Les élèves, de la maternelle au lycée, vont passer une heure confinés avant que la gendarmerie, après avoir ratissé la ville, ne comprenne qu'il n'y a aucun danger.

L'individu en question était en fait un élève de troisième qui s'apprêtait à disputer une partie de paintball avec des copains. Il n'aurait apparemment pas pensé que se balader dans la ville avec une cagoule et une fausse arme pouvait porter à interprétation et semer la panique, surtout en passant devant un établissement scolaire.

"On a vraiment pris ça au sérieux, explique Hervé Maunoury, le maire de Falaise, on sait bien que des actes terroristes peuvent être perpétrés partout. Je vous assure qu'on a eu très peur."

Mais ce qui est positif explique-t-il, "c'est que l'on a pu tester le dispositif de mise en sécurité et tout le monde a été remarquable. Je préfère ne retenir que cela ce soir."

Quant à l'adolescent, il s'est fait sermonner en bonne et due forme. En espérant que cela lui serve de leçon. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers terrorisme éducation société