Animaux ou attractions : en Normandie les parcs ne sont pas déconfinés à la même enseigne

Le gouvernement a annoncé une réouverture des parcs le 19 mai. Mais attention ! A cette date il sera possible de se promener dans les allées pour regarder les animaux et les manèges, mais pour les sensations il faudra attendre le 9 juin, date de réouverture des attractions.

Les conditions de réouverture de Festyland en juin 2021 son encore floues
Les conditions de réouverture de Festyland en juin 2021 son encore floues © France 3/ Claude Leloche

« Nos élus avaient inventé les vacances au ski sans ski, et maintenant les parcs d’attractions sans attraction ! A quand le cinéma sans film ?! » derrière ce trait d’humour, on entend bien la déception d’Alexandre Lair, directeur général de Festyland. Son parc d’attractions situé près de Caen est fermé depuis le 27 septembre. Le déconfinement, il l’attend depuis longtemps, mais les dernières annonces du gouvernement le plongent dans l’incompréhension. Jeudi, le secrétaire d’Etat chargé du tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé sur RMC la réouverture des parcs le 19 mai, mais sans les attractions, qui elles, seront autorisées à accueillir de nouveau du public à partir du 9 juin.

On est un loisir d’extérieur. On nous explique depuis des semaines qu’il vaut mieux privilégier les activités en extérieur, et là, on est la dernière roue du carrosse

Alexandre Lair, directeur général du parc Festyland (14)

Dans le calendrier de déconfinement, les musées, cinémas, théâtre, monuments, terrasses, pourront rouvrir le 19 mai. Les salons et foires, eux, devront attendre le 9 juin.

Le directeur du parc ne comprend pas « dans quelle case se trouvent les parcs d’attractions. Pour le déconfinement l’an dernier, on avait une case parc à thèmes, mais cette année on n’est pas dans le plan de déconfinement : dans ses annonces, Emmanuel Macron a parlé de tout, sauf du loisir familial. On a été oubliés, pour ne pas dire mis de côté.»

Alexandre Lair est donc toujours incapable de fixer avec certitude une date de réouverture pour Festyland. Suite à l’intervention du secrétaire d’Etat chargé du tourisme, les professionnels ont compris que les allées des zoos seraient accessibles le 19 mai, mais que les parcs d’attractions ne pourraient faire monter du public dans les manèges qu’à partir du 9 juin. « J’attends les décrets, nous dit Alexandre Lair. Si les annonces sont confirmées, nous rouvrirons le samedi 12 juin. »

 J moins 11 pour les zoos

Du côté des zoos, l’ambiance est davantage à la fête. Sur les réseaux sociaux, de nombreux parcs annoncent leur réouverture le 19 mai, comme celui d’Ecouves dans l’Orne.

 

Le zoo de Jurques a mis à jour son site Internet avec le protocole sanitaire qui sera appliqué : port du masque obligatoire, marquage au sol, terrasses équipées de QR code et limitées à 6 personnes par table, …

Ouverture des zoos mais pas des parcs d’attractions : « C’est de la discrimination »

Une situation qui renforce la déception du directeur du parc Festyland, qui dénonce une situation de discrimination.

On ne se met pas en opposition avec les zoos, les musées. Nous faisons partie du même camp, nous sommes là pour divertir les gens. Je ne ressens pas de jalousie, je suis content qu’ils puissent rouvrir. Mais je suis tellement déçu par cette discrimination envers les parcs d’attractions.

Alexandre Lair, directeur général du parc Festyland (14)

Alexandre Lair est d’autant plus déçu qu’il avait l’impression d’être un bon élève : « L’an dernier, nous avons mis en place un protocole très efficace, aucun cluster n’a été déclaré dans un parc d’attractions en France, tous les exploitants ont respecté les règles. »

Un bon élève qui se sent injustement puni. Chez nos voisins belges, l’herbe est plus verte. Les parcs de loisirs rouvrent dès ce samedi 8 mai, avec toutefois quelques restrictions : les attractions d’intérieur demeurent fermées, et certains, comme Plopsaland, exigent la réservation à l’avance du billet.

 

Parcs d’attractions : pass sanitaire en vue ?

Réserver son billet à l’avance, inenvisageable pour le directeur de Festyland. Tout comme l’idée d’un pass sanitaire. Alexandre Lair explique que 85% de la clientèle du parc est normande. « Les familles décident le vendredi de venir le lendemain ou le surlendemain, si la météo annonce du beau temps. » Exit la réservation, exit le test PCR de moins de 48h aussi…

Le pass sanitaire, qui serait à l’étude par le gouvernement pour accéder aux attractions, est inenvisageable pour la profession. Le syndicat national des espaces de loisirs, d’attractions et culturels (SNELAC) dénonce cette mesure :

Un pass sanitaire au-delà de 1000 visiteurs, est-ce à dire que la jauge pour la réouverture des parcs le 9 juin serait fixée à 1000 ? Que signifie un pass sanitaire : un test PCR de moins de 48h ? De nombreuses questions qui demeurent aujourd’hui sans réponse pour Alexandre Lair. Festyland accueille 5000 personnes par jour en été. En 2020, son chiffre d’affaire a été divisé par deux en raison de la crise sanitaire. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs déconfinement société zoo animaux nature parcs d'attraction