A Bretteville-sur-Odon, les agents Enedis bloquent le site jour et nuit

Comme 250 autres sites en France, les agents d’Enedis sont en grève depuis plusieurs jours. Outre des revendications salariales, les travailleurs de l’électricité s’inquiètent de l’avenir de la filière.

Aucun véhicule n’entre ni ne sort de jour comme de nuit. Depuis lundi, plus d’une centaine d’agents de la compagnie de distribution d’électricité Enedis de Bretteville-sur-Odon bloque leur lieu de travail. Ils ont été rejoints par leurs collègues de Lisieux, Bayeux et Condé-sur-Noireau.
Ce jeudi, les salariés de l’ex-ERDF appellent à une journée « entreprise morte ». Ce qu’ils réclament ? C’est avant tout de meilleures conditions de travail. « On nous demande de travailler plus et avec moins de moyens » explique Nicolas Guénichon, délégué syndical du site du Calvados. Concrètement, les 800 agents que comptent le département demandent une revalorisation de leur salaire et s’inquiètent de l’évolution de leur statut, inchangé depuis 1946. Un combat qui fait écho à celui des cheminots alors que l’Etat a annoncé vouloir privatiser Engie.

L’interview de Nicolas Guénichon, secrétaire général Mines Energie CGT Calvados :


« Ce serait un peu comme du travail à la tâche »

Le statut des salariés d'astreinte est aussi dans le viseur. Aujourd'hui, un salarié est mobilisé mais aussi payé durant toute sa semaine d’astreinte. Et un projet, à l’étude dans le Calvados mais déjà appliqué en Bourgogne, prévoit que le salarié ne sera rémunéré qu’en cas d’intervention effective. « Ce serait un peu comme du travail à la tâche alors qu'il faut être disponible 24h/24 » s’insurge Nicolas Guénichon.

« On ne veut pas porter atteinte aux clients »


La  grève des agents de la compagnie Enedis touche principalement les chantiers sur lesquels l’entreprise intervient. « On ne veut pas porter atteinte aux clients » explique le délégué syndical. Pas question de perturber les foyers ni même les manifestations de la fête la musique. En revanche, aucun véhicule n’entre ni ne sort des locaux et le travail sur les chantiers commence à prendre du retard.

D’autres mouvements sont à prévoir de la part des agents d’Enedis. Notamment les 26 et 28 juin prochains.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité