• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Assises du Calvados : le procès du bébé secoué

La salle de la cour d'assises du Calvados lors du procès d'Emmanuel Tenret. / © France 3 Normandie
La salle de la cour d'assises du Calvados lors du procès d'Emmanuel Tenret. / © France 3 Normandie

Ce mercredi s'ouvre le procès d'un homme de 29 ans jugé pour violences ayant entraîné la mort de son bébé de deux mois. Les faits remontent à 2016. La mère du nourrisson devra, quant à elle, répondre de mauvais traitement et de non-assistance à personne en danger.
 

Par Aurélie Misery

Dans cette affaire, c'est un homme de 29 ans et une femme de 28 ans qui seront jugés devant les Assises du Calvados. 
Les débats seront publics. Le procès doit durer trois jours. 

Les faits 

Le samedi 23 avril, à Caen, une jeune-femme appelle les secours, constatant que son bébé ne respire plus. Le nourrisson est transporté au CHU de Caen par le Samu. Mais il est trop tard : l'enfant est décédé. 

Les radiographies effectuées sur le corps mettent en évidence plusieurs hématomes et des fractures. Des blessures similaires à celles dont sont victimes "les bébés secoués".

La mère avance la thèse de l'accident. Elle explique aux enquêteurs "avoir chuté dans l'escalier avec son bébé". Mais le père finalement avoue "avoir porté des coups" au petit garçon par jalousie et parce que "ses pleurs (le) rendaient nerveux". 

Le bébé aurait été secoué chez le père mais la jeune-femme aurait ramené le bébé chez elle avant d'appeler les secours pour disculper son ex-compagnon. 

L'homme plaide coupable. 

Première audience : la descente aux enfers de la mère 

La première matinée d'audience a mis en lumière le passé de la jeune-femme. 

Issue d'un milieu modeste, la mère de l'enfant a elle-même subie des violences dans son enfance. Violée par son père et son beau-père, et sans soutien de sa propre mère, elle s'est enfui pour vivre dans la rue. Sans domicile fixe, elle rencontre le père du bébé. 

Les débats montrent que si la relation de couple est dans un premier temps sans problème, très vite la jeune-femme subit des violences verbales et des violences physiques. L'emprise du jeune-homme est très forte sur elle. 

Un premier garçon naît en 2013. Il subit des violences et est placé sur demande des parents. 

Quand un deuxième petit garçon naît en 2016, les deux jeunes gens sont séparés par mesure de protection judiciaire. L'homme a l'interdiction de fréquenter la jeune-femme mais elle le voit en cachette. 

C'est lors d'une de leurs entrevues qu'elle lui aurait confié le bébé. 

Les peines encourues 

Le père, en détention provisoire est poursuivi pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Il est également suspecté d'actes de violences sur le frère aîné du nourrisson. Il encourt jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle pour le bébé secoué et dix d'emprisonnement pour les violences commises à l'encontre du premier enfant. 

La mère, qui comparaît libre, doit répondre de non-dénonciation de mauvais traitement et non-assistance à personne en danger. Elle risque 7 ans de prison. 

Au palais de justice, Simon Derrien 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tramway de Caen : 18 mois de travaux pour tourner la page

Les + Lus